Tapage Culture

Posts in the Concerts category

Mourad Tsimpou

Quelle belle histoire, celle de ce garçon de 15 ans, issu des mauvais quartiers de Marseille, qui ne sait pas lire la musique, et qui joue spontanément Chopin, Debussy , Bach et même Van Halen comme s’il les avait connus…

Mourad Tsimpou

Mourad, qui jouait spontanément du Chopin sur le piano libre installé dans le hall de la gare de Marseille a été repéré par un ado qui, épaté, l’a filmé avec son portable et posté sur les réseaux sociaux. Cela a fait un buzz inouï, jusqu’à atteindre André Manoukian, qui a twitté »: « Je veux le téléphone de ce garçon! Bordel ! « . Aujourd’hui, un CD enregistré par l’artiste en herbe est édité par Universal, avec du Chopin, du Bach, du Debussy, et deux morceaux signés Manoukian. Mais d’où vient ce nouveau prodige?

Mourad sur un plateau de télévision

Né dans le quartier chaud de Castellane, il découvre le piano à 4 ans dans les couloirs de l’Hôpital voisin de la Timonne où il se rend pour son plaisir plusieurs fois par semaine. A dix ans, il fréquente une association musicale animée par Marianne Sunner, qui le repère, et où le rap aurait dû une évidence pour lui, alors qu’il s’intéresse à la musique classique qu’il reproduit à l’oreille sans savoir lire une partition, et à l’opéra, qu’il chante remarquablement et sans effort jusqu’au jour où sa voix mue. Alors, même si ses goûts musicaux lui suscitent des quolibets dans sa cité, il assume sa passion personnelle et joue là où il peut, dans les lieux publics. Aujourd’hui, la sénatrice marseillaise Sami Ghali lui a fait offrir un vrai beau piano de concert et le garçon vient de jouer du rock, pour une fois, soit « Jump », de Van Halen, au Vélodrome de Marseille, pour l’ouverture du match flamboyant OM /Brest devant une foule gigantesque. Radios, télévisions, presse, concerts, tout est dorénavant à sa portée musicale. Ecoutez le ….

Mourad au vélodrome de Marseille.

Grégoire Colard

Révélé  en 2018  par l’émission emblématique The Voice, Frédéric Longbois est un chanteur à part, étonnant, extravagant, dans la lignée des comiques troupiers et même de Chantal Goya, dont il a d’ailleurs repris « Bécassine » dans l’émission, faisant exploser l’Audimat.

 

 

Ces émissions de télécrochets qui séduisent ou révulsent tant le public peuvent être assassines pour l’éventuelle carrière des candidats, ou révélatrices de leur charisme. Au choix des jurés et des téléspectateurs ! Pour Frédéric Longbois, cela a été comme un feu d’artifice dans son ciel artistique pourtant déjà bien étoilé. Ce chanteur, né à Trouville  a en effet connu d’innombrables scènes dès ses onze ans, raflé des premiers prix de piano et de chant la vingtaine venue, et connu des débuts éclatants en…Roumanie, après la chute de Ceaucescu, où il a fait des tournées pendant trois ans, entouré de 78 musiciens ! Son répertoire était alors composé de ses propres chansons et de grands classiques du répertoire français, de Brel, Bécaud, Ferré, Aznavour, Marie Dubas, et des titres d’Edith Piaf et de Barbara, ses deux  idoles. Mais il a toujours, aussi, le spectre de sa voix étant à la fois très large et très étendu, repris nombre d’airs d’opéra, comme Nessun Dorma, de Puccini. Tout est possible avec cet artiste ovni qui affirme : « Tout est cosmique et karmique dans ma vie ! ».

 

 Marco Oranje, Arielle Dombasle, Frédéric Longbois /Don Quichotte contre l’Ange Bleu 

Ce qu’il aime, on l’aura compris, c’est la scène, avec, aussi, des participations dans des comédies musicales, comme dans Irma Douce, avec Clotilde Courau, dans une mise en scène de Jérôme Savary, dans Paris Frou Frou, dans la Belle et la toute petite bête, avec Arielle Dombasle, Don Quichotte contre l’Ange Bleu, toujours avec Arielle Dombasle, et dans Une trompinette au Paradis, de Boris Vian.  Il a aussi joué dans de nombreux films, au théâtre et pour des pièces produites pour la télévision, comme celles adaptées d’Agatha Christie. La célébrité n’était pas là, mais il attendait d’autant plus son heure qu’un mage lui avait prédit qu’elle l’auréolerait après ses 50 ans ! Aujourd’hui, il les a atteints et son impact archi populaire pendant The Voice vient de lui permettre de s’approprier plusieurs soirs la scène mythique de La Nouvelle Eve, à Paris où un public de fans déchaînés l’a ovationné et lui a lancé des gerbes de fleurs. Ce lieu magnifique à la fois baroque, kitsch et rococo était l’idéal pour ce personnage décalé, qui déchaînent les rires, avec Bécassine, bien sûr, mais qui sait émouvoir avec son interprétation de l’Aigle noir, de Barbara, ou de Maman, une chanson originale inspirée par la disparition récente de sa mère adorée, sa colombe de bonheur, Colette Blanc, comédienne.

 

 

Frédéric Longbois est aujourd’hui épanoui, désormais soutenu par une équipe de production, menée par Gérard Louvin, et par des cellules de communication, de community managers, d’auteurs, comme Daniel Moyne, et s’il a déjà deux musiciens brillants et inventifs sur scène, il attend avec impatience d’être entouré de danseuses ou de Blue Bell Girls empluméescomme il les aime ! Il devrait maintenant enchaîner des concerts, partout en France, et des émissions populaires à la télévision, comme début décembre (avec des girls !), chez Patrick Sébastien. En attendant, il vient d’éditer un CD de 11 titres, « Je viens vers vous« , 11 parfaits reflets de son talent multiple, iconoclaste et éclectique.

 

 

Grégoire Colard

 

 

 

Frédéric Longbois en concert le 19 février à la Nouvelle Eve, à Paris.25 rie Pierre Fontaine 9eme/ 01 48 74 69 25

Chaque samedi soir en intervenant dans l’After de The Voice, à partir du 9 février.

 

 

 

 

 

Nichée au coeur de la Butte Montmartre, la Villa Cadet est devenue jusqu’au 29 juillet la « Villa Extraordinaire », offrant ses dix pièces et son jardin-forêt d’un hectare, tout autant extraordinaire, au talent d’artistes contemporains et à la promenade émerveillée de tous.  

 

 

Qui sait que Montmartre, cette ancienne colline pauvre rattachée à Paris en 1860, autrefois lieu d’inspiration de tant de peintres, tels ToulouseLautrec, Suzanne Valadon, Géricault, Corot, Renoir, Degas, Pissaro, Van Gogh, etc…, et aujourd’hui devenu l’un des quartiers le plus recherché et le plus cher de la capitale, recèle précieusement nombre de jardins que des promoteurs immobiliers seraient avides de défricher pour y élever des immeubles de luxe ? Il y existe pourtant rue de l’Abreuvoir, place Dalida, une propriété, la Villa Cadet, qui, pour la première fois cette année, dévoile au public son hectare de forêt dont la canopée aveugle les yeux du voisinage ! Tout cela le temps d’une exposition artistique éphémère organisée par la Cité Internationale des Arts, qui a déjà une assise dans le Marais.

 

 

L’idée de cet évènement est d’inviter des artistes résidents, issus du monde entier, à installer leurs oeuvres soit dans la villa de trois étages, soit dans la verdure extérieure, suivant un patchwork d’inspirations totalement différentes les unes des autres. Du Street Art, des arts plastiques, une chambre de lumières conçue par Eric Michel, des assemblages métalliques, un tracteur tagué, une montgolfière, une jungle de salon ( photo d’ouverture ci-dessus) ) créée par le groupe musical Polo@Pan (produit par Raphaël  Hamburger) et un espace musical dans lequel les chaises ont grimpé aux murs et où des groupes viennent performer le soir. On trouve aussi dans cet espace contemporain nombre d’objets  du quotidien recyclés pour notre regard par le site Leboncoin !

 

 

A l’air libre, des chemins de terre, recelant çà et là des oeuvres diverses, percent la densité des arbres, découvrant des terrasses et des bars éphémères où sont servis de jus de gingembre et autres, des tartes à la cannelle, et où il fait bon s’effondrer dans des hamacs ou se prélasser sur des lits de piscines à baldaquins… Là, l’expression, « prendre du bon temps », est tout à fait appropriée. Pas un bruit, du soleil si on veut, de l’ombre si on préfère, le tout est est un havre de paix dans ce Montmartre envahi de touristes, dans ce Paris toujours pressé.

 

 

Si l’entrée est gratuite, le temps ici prend une valeur inestimable grâce à sa beauté intemporelle et à sa  richesse culturelle. Et à sa petite forêt…

 

 

Grégoire Colard 

 

La Villa Extraordinaire, 15 rue de l’Abreuvoir, Place Dalida, Paris 18eme .Jusqu’au 29 juillet.

Exposition: mardi et mercredi :11 à 22 heures/ jeudi à dimanche: jusqu’à minuit.

Accès jardin: de mardi au vendredi: 11h à 22 h / samedi et dimanche: jusqu’à 23 heures.

 

Pour ses vingt ans, Solidays, le festival organisé par Solidarité Sida, a rassemblé le week-end dernier à Longchamp 220.000 spectateurs. Un record.  

Avec l’aide de 3.000 bénévoles, une organisation d’enfer, des structures gigantesques pour accueillir nombre de groupes et de chanteurs, un village solidaire accueillant une centaine d’associations, une sécurité à la fois inflexible et discrète, Solidays propose chaque année une vraie fête musicale et des centres d’information sur les immenses prairies vertes de Longchamp, le long du Bois de Boulogne.

Le public, composé pratiquement uniquement de jeunes gens, sait parfaitement pourquoi il est présent, certes pour s’amuser, mais aussi pour soutenir des causes , s’investir, s’engager et aider. La cause est entendue et il est impressionnant de ne rencontrer que des milliers de visages aimables et souriants ! Il est vrai qu’avec ses 20 millions d’euros de bénéfices récoltés depuis sa création, Solidays a pu les reverser équitablement à différentes sources d’entraide.

« Je me dis qu’on a eu raison de faire confiance à la jeunesse pour changer le monde », assure Luc Barruet, le directeur fondateur de Solidays. « Sensibilisation de tous, engagement, soutien au tissu associatif, autant de satisfactions pour moi au fil de ces années. Le fléau est malheureusement loin d’être éradiqué, et a muté, mais la solidarité est là, toujours plus forte. Nous avons pu réduire quelque peu la détresse humaine face au virus. » 

 

 

Cette année, Brigitte Macron a tenu le premier jour à venir longuement témoigner de son intérêt, sans son mari, occupé ailleurs. Peut-être viendra-t-il l’année prochaine ? François Hollande, on s’en souvient, a été le seul président en exercice, en 2014, à faire acte de présence pendant quatre heures, ne cachant pas son plaisir d’être làne manquant pas non plus d’aller visiter non seulement le village solidaire mais aussi l’exposition érotique Happy Sex, de Zep, proche du pavillon « Sex in the City »!  Il n’avait en revanche pas essayé le préservatif à taille humaine !

 

 

La plus grande attraction de Solidays, dont Antoine de Caunes est le président d’honneur, est évidemment celle de la musique, propulsée sur d’immenses scènes érigées ça et là, avec des prestations artistiques de tous styles, dont cette fois-ci  celles de David Guetta  et de  Juliette Armanet, en passant par Eddy de Pretto, Jain, Nekfeu, Shaka Ponk, Big Flo et Oli, Amadou et Mariam, Feu! Chatterton, Iam, etc… sans oublier la découverte passionnante du  groupe électro, Polo & Pan, produit par Raphaël Hamburger, et qui compte déjà une dizaine de millions de vues sur les réseaux sociaux !

 

Polo & Pan 

 

Des moments émouvants aussi, avec notamment l’assemblage sur la pelouse  de dizaines de patchworks  confectionnés par des proches de disparus du SIDA;  avec l’apparition folle-dingue des Soeurs de la Perpétuelle Indulgence, un mouvement militant LGBT créé en 1979 à San Francisco, et avec les hommages rendus aux militants africains, asiatiques, maghrébins, du Moyen Orient, de France et d’Europe.

 

Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence

 

Pour ceux qui ont connu comme nous dans les années 90 la montée du SIDA, avec les premières actions d’Act Up, une association dont le seul but était d’alerter l’opinion, de dénoncer l’indifférence des laboratoires et de bousculer les esprits chagrins gouvernementaux et médiatiques, avec, entre autres,  des projections de  sang ( de la peinture rouge) sur des monuments ou des bâtiments administratifs, et en recouvrant l’Obélisque d’un préservatif géant, il est réconfortant de voir les nouvelles générations afficher en musique leur solidarité. Bravo Solidays !

 

 

Grégoire Colard 

 

Pour vous engager ou vous informer sur les actions de Solidarité Sida, c’est Ici !

 

Mal, il est mal. Et il a mal, face aux sévices subis par tant de femmes battues. Et pourtant ce jeune chanteur qui a fait le tour du monde pendant dix ans en a vu de toutes les couleurs sur les cinq continents, que ce soit au niveau des différences de civilisation, de religion, et de respect humain.  

Son bilan, au retour de ses pérégrinations incessantes, est que la femme, quel que soit le pays, n’est jamais aussi respectée qu’elle devrait l’être. Que ce soit humainement, sexuellement, personnellement, et même physiquement. Et tout cela le révulse au plus haut point. Comment porter la main, taper, frapper, mutiler et même tuer celles qui sont les femmes, les mères, les filles et les soeurs de l’humanité?

 

Au Maroc/ Photo Mehdi Mounir

 

« Après une première carrière de chanteur à grand succès régional en Haute Savoie, tout autour de Genève  j’ai décidé à vingt ans de prendre un billet sans retour pour nowhere, au hasard, à savoir en Indonésie, pour aller à la rencontre du monde. Je suis passé d’un pays à l’autre, d’un continent au suivant. J’avais juste un sac sur mon dos,  je travaillais au jour le jour et je dormais chez l’habitant. Ou dehors.  Dans des tribus, parfois, qui n’avaient jamais vu un étranger. J’en ai vu, des choses ! Et tellement différentes.

Le point commun, c’est que les femmes restaient la plupart du temps les yeux baissés, n’avaient pas  le droit de me parler, de me répondre, ni même de me regarder. Elles étaient en totale soumission. Et j’ai dû me taire et regarder ailleurs, sous peine de représailles, quand l’une d’elles était frappée par un mari, un oncle, un père, un frère, un fils même ! Que dire? Que faire ? Cette violence, elle est, dans certains pays, banale, admise, voire recommandée ! C’est fou! 

Aujourd’hui que je suis revenu définitivement  en France, je suis anéanti quand je dois faire face à de tels drames dans mon propre pays. J’ai l’impression que je partage la douleur de toutes ces femmes rabaissées, battues, blessées, violentées, violées, handicapées et pour certaines, tuées.  Au jour le jour, je suis dans la révolte, totalement en empathie avec elles. »

Co-auteur du  texte de la chanson « Sales barbares » avec Véronique Seruch, elle-même grande victime, et  Grégoire Colard, David Bacci est un chanteur globe-trotter qui s’engage dans sa vision du monde, on l’aura compris, mais aussi dans celle de l’amour et du partage. Avec ses musiciens, il a, depuis son retour au pays, donné nombre de concerts, en France et à l’étranger, entonnant l’hymne à la vie et à l’espoir à travers ses chansons, ce qui peut paraître naïf, mais il a le courage d’affirmer que l’univers peut être meilleur. Un voeu pieux ? Il est persuadé que non et l’affirme à un public qui le suit avec ferveur et lui témoigne le besoin de son regard positif et solidaire.

 

David Bacci en concert humanitaire à la Bastille devant 60.000 personnes 

 

« Je ne me sens pas innocent, je fais partie de ce monde qui maltraite et rabaisse les femmes, mais je me sens responsable de la lumière qu’il faut porter sur tous ces drames qu’elles subissent et dont la société préfère trop souvent détourner les yeux. Chanter ? C’est une façon de propager la parole. Si on m’écoute, c’est peu, mais c’est déjà ça ! » 

Avec un clip tourné à Nîmes par une équipe dirigée par le réalisateur André Dalcan, avec deux jeunes comédiens, Sébastien Cascio et Pauline Nyrls, David Bacci a tenu à arborer physiquement les outrages que la jeune femme subit, la peau constellée de sang et de blessures, comme si c’était lui qui était frappé au plus profond de son intégrité. Comme si son coeur battait au rythme effréné de la jeune femme meurtrie et de toutes ses semblables. Comme si sa peau était la leur. Comme si leur douleur était la sienne.

 

 

Composée, écrite et enregistrée il y a un an, cette chanson,  » Sales barbares « , qui dénonce la brutalité des hommes, est malheureusement de plus en plus en d’actualité. Même si l’opinion, enfin sensible, commence à réagir.

 « Les choses semblent bouger, mais le chemin à faire est là, devant nous! Alors, en avant ! « 

Tristan

 

« Sales Barbares »:

Paroles David Bacci, Véronique Séruch, Grégoire Colard.

Musique:  Didier Hayat

Réalisateur: Jean-Luc Dettome

Réalisation André Dalcan.

Comédiens: Sébastien Cascio et Pauline Nyrls.

Maquilleuse: Mademoiselle Bulle.

 

Hélène Arden, née à Marseille, est actrice, chanteuse et danseuse. Fan de Claude François, elle lui rend hommage dans un one woman show, « Clodette for ever ».  

Claude François, disparu en 1978, aurait fêté ses 80 ans le 1er février 2019 ! Lui qui avait si peur de vieillir et qui prenait tant de soin de lui, il n’aurait sûrement pas supporté de devoir affronter les outrages du temps. Dans le coeur de ses fans de toujours, et dans l’esprit du public multi-générationnel qui, jusqu’à aujourd’hui,  continue à danser et à faire la fête sur ses tubes comme s’il était toujours là, il n’a pas pris une ride. Une jeune artiste talentueuse, Hélène Arden,  lui rend hommage à travers  un spectacle,  ‘ »Clodette for ever« , qu’elle a écrit avec une plume caressant des souvenirs imaginaires avec lui.

 

Dès l’âge de 5 ans, Hélène a été éblouie par Cloclo, qu’elle voyait danser et chanter sur le petit écran de ses parents. Elle reprenait en choeur les paroles de ses chansons qu’elle connaissait sur le bout des lèvres et reprenait ses chorégraphies dans sa chambre en écoutant ses CDs dans son mange–disques . Elle était fascinée par les danseuses  qui entouraient son idole et affirmait à ses parents, amusés: « Un jour, plus tard, je ferai Clodette ! ». Déterminée, elle a obtenu d’eux de pouvoir prendre des cours de danse et de chant et à se produire dans des petits spectacles ici et là. Montée à Paris pour ses 20 ans, elle a enregistré un disque,  » Toi et moi« ,  avec Claude Engel, l’un des anciens musiciens de Michel Berger et à commencé à se produire régulièrement sur la scène du cabaret parisien Les Trois Maillets, où elle a plongé vocalement dans les répertoires de d’Edith Piaf, de Barbara, de Jacques Brel et de Patricia Kaas. Des reprises, certes , mais pas celles de son idole !

 

A la suite d’une rencontre inopinée avec Félix Bussy, ancien collaborateur artistique  d’Yves Montand, l’idole de son père,  elle lui confie son désir d’être non seulement chanteuse à part entière mais aussi comédienne, et se penche sur des biographies de l’interprète des « Feuilles mortes« . Elle  écrit un premier spectacle musical, «  Montand le French Lover« ,  dans lequel elle interprète la soeur présumée du chanteur, racontant les amours de celui-ci avec Edith Piaf et Marylin Monroe, dont elle interprète des titres, et avec Simone Signoret. Donné déjà plus de 200 fois, et actuellement au Théâtre Lucernaire, ce show original, soutenu par ses sous-titres en anglais pour le public international de cette star mondiale, remporte l’adhésion du public et celles de Carole Amiel, la dernière femme  d’Yves Montand et de leur fils Valentin…!

Photo Paul Evrard 

 

Mais si le succès a du bon, Hélène Arden est toujours taraudée par son rêve d’enfant, celui de danser et de chanter sur du Claude François! « Suivant le Principe de Peter, c’était devenu avec le temps une évidence! ». C’était maintenant ou jamais ! Je me suis remise à la barre, j’ai lu des biographies sur Claude, je suis allé visiter son Moulin de Dannemois, et je me suis dit qu’il aurait adoré mon côté enthousiaste et accepté ma démarche. Ce qu’a d’ailleurs fait son fils, Claude François Junior« .

 

Et voici Hélène Arden enfin devenue  Clodette !  Elle  danse, bien sûr, ressuscitant parfaitement les chorégraphies légendaires, mais entonnant aussi avec grand talent les tubes de son idole de toujours, narrant quelques anecdotes sur sa personnalité et sa vie, le tout dans un vrai spectacle de variétés, mis en scène par Valéry Rodriguez, qui aurait assurément plu à Cloclo, et qui ravit non seulement le public, mais aussi les fans qui ont elles vraiment connu le chanteur et aussi les vraies et anciennes Clodettes venant retrouver avec bonheur leur jeunesse extraordinaire …Donné récemment plusieurs fois au Théâtre Trévise, qui affichait complet, « Clodette for ever » va sillonner la France avant de revenir à Paris, le tout à des dates dont nous vous informerons au fur et à mesure…

 

Grégoire Colard 

Clodette for ever:   19 octobre Berre l’Etang/ 20 et 21 octobre Marseille/ 23, 24, 25 octobre Cugnaux, 16 décembre Viry Châtillon/  31 décembre Saint Quentin.

Montand le French Lover: du 17 juin au 19 août au Théâtre Lucernaire

 

Le photographe Tony Frank n’a jamais été un paparazzo voleur d’images. Respecté et aimé des stars depuis les années 70, il était souvent invité par elles à s’immiscer dans leur intimité, comme chez Serge Gainsbourg,  au 5 bis rue de Verneuil. Un grand privilège…

Tony Frank a commencé sa carrière de photographe à 15 ans ( !) avec le magazine de jeunes  Salut les Copains, créé par Daniel Filippachi. Au fil des années, ayant le même âge que les vedettes yéyés de l’époque, il a su créer avec elles une proximité amicale grâce à sa bonhomie et sa jovialité naturelles. Impossible de résister à son sourire et de ne pas lui faire confiance. C’est ainsi qu’Eddy Mitchell, Véronique Sanson, Johnny Hallyday, Michel Berger, France Gall, Alain Souchon, Laurent Voulzy, Nathalie Baye, mais aussi les Who et Bob Dylan, pour ne citer qu’eux, ont toujours apprécié son oeil d’artiste.  C’est lui qui  créa la fameuse affiche  de Michel Polnareff avec ses fesses nues, ou, par exemple, la pochette de Melody Nelson, avec Jane Birkin, illustrant cet album écrit par Serge Gainsbourg.

Tony Frank 

Ah, rue de Verneuil, entre Serge et Tony,  là, c’est l’histoire de toute une vie partagée, avec des fêtes, des bons mots, des repas et des bonnes bouteilles, des séances de travail, et des pauses  dans la quiétude  de cet antre aux murs noirs de la rue de Verneuil,  découvert par l’artiste avec Brigitte Bardot. Un habitat baroque  aux fenêtres toujours fermées, où Maître Serge alignait avec minutie dans un ordre que nulle spontanéité ne devait déranger, pas même celles de  ses enfants, des objets, des bibelots précieux et fétiches des tableaux, des stages, des poupées anciennes collectionnées par Jane.  Sans oublier des médailles, des diplômes,  des décorations, et des trophées qu’il remportait. Sa cuisine était tout aussi ordonnée. « La spécialité de Serge, raconte Tony Frank, était de mitonner des plats marinés et de concocter des cocktails,  comme le Gibson, avec la précision et la dextérité d’un barman professionnel ! ». 

 

Photo Tony Frank 

Tony Frank a eu l’insigne honneur pendant des années de pouvoir prendre des photos de ce décor dont Serge Gainsbourg était si fier et dont il rapporte aujourd’hui les propos rieurs :  » Voilà, c’est chez moi. Je ne sais pas ce que c’est : un sitting room, une salle de musique, un bordel, un musée…Je ne sais pas ce qui est le plus précieux ici. Si ce sont les objets ou moi ! Qui est hors de prix ? Je pense que c’est moi ! « .  

 

Photo Tony Frank 

Le photographe a aussi immortalisé les innombrables graffitis d’admiration qui avaient complètement envahi le mur extérieur comme, déjà, une expression spontanée de street art et qui perdurent encore aujourd’hui, sans cesse recouverts par d’autres. Selon Tony Frank, Serge était ému et amusé de ce lien direct avec ses fans anonymes et repérait immédiatement  les nouveaux messages du jour .  » Ma maison est célèbre!… ».

 

Charlotte et Serge Gainsbourg/Photo Tony Frank

 

Aujourd’hui, la maison, devenue un monument artistique secret de Paris,  que Charlotte Gainsbourg rêve toujours d’en faire un musée, espérant être officiellement aidée pour cela, est restée telle quelle après la mort de Serge, en 1991, offrant pour les seuls murs noirs les trésors de toute une vie. Des trésors que Tony Frank a sublimé par ses clichés, que l’on peut détailler et admirer dans son livre et dans une exposition éclectique à la Galerie de l’Instant qui permet d’être virtuellement invité chez Gainsbourg

 

Grégoire Colard

 

 

 

 

 

 

 

 

COMIQUE , IMITATEUR , CHANTEUR, L’ARTISTE ICONOCLASTE ET POPULAIRE GÉRALD DAHAN  A LE NEZ FIN  ( MAIS ROUGE) POUR METTRE EN VALEUR LE TALENT DES AUTRES SUR SON BATEAU THEÂTRE LE NEZ ROUGE , UN NOUVEAU LIEU INCONTOURNABLE DE LA SCÈNE PARISIENNE.

 

Depuis vingt ans, Gérald Dahan, né à Cognac, a beaucoup navigué dans les eaux tumultueuses du show-business, s’amarrant  tout d’abord aux Mini Keums, jetant l’ancre ensuite aux côtés de du capitaine  Laurent Ruquier dans Rien à cirer, sur France Inter,  de rejoindre enfin le commandant Michel Drücker dans l’émission Vivement Dimanche, en tant que chroniqueur et imitateur acerbe,  et de mener son propre équipage  de drôles de flibustiers au Festival d’Avignon,  en 2009, avec la Bande à Dahan, pour Radio Star.  A part quelques débarquements forcés de quelques médias  pour avoir outrepassé le cap de la bienséance, il a gagné ses galons  de popularité avec notamment ses 500 canulars outrecuidants dont  certains devenus mémorables,  n’hésitant pas à se faire passer au téléphone pour Jacques Chirac, ou encore Jean-Pierre Raffarin, alors premier ministre, et piégeant Nicolas Sarkozy qui avait juré par Neptune qu’il ne se ferait jamais avoir. Touché, coulé!

Gérald Dahan aime innover, inventer, déranger, souvent dans l’insolence, jamais dans l’indécence. C’est sa marque de fabrique. Et son rêve de toujours a été de vivre sur un bateau. Il s’est d’ailleurs marié voici deux ans sur une  péniche et il en a découvert ensuite une autre, mise en vente par le comédien Michel Galabru, conçue autrefois comme le premier bateau-théâtre navigant parisien, avec un bandeau écarlate peint sur l’étrave, comme un nez rouge. Quelques travaux de rénovation plus tard, une nouvelle salle de spectacles parisienne d’une centaine de places archi confortables était née !

 

Quelques jeunes artistes autour de Gérald Dahan dont le groupe Lucas Gang et David Bacci 

 

Gérald Dahan a décidé d’en faire un lieu laboratoire, parrainé par le mime Julien Cottereau et la comédienne Firmine Richard, permettant à de jeunes talents de venir faire leurs armes devant un public de 100 personnes, que ce soient des humoristes, des chanteurs, des musiciens,  sans distinguo de genre particulier.  » J’ai eu la chance qu’on me fasse confiance alors que j’étais débutant, et je n’ai jamais oublié cela. Je vais à beaucoup de spectacles, je m’informe sur Internet,  j’écoute des CDs, je visionne des vidéos, et quand je repère  une perle rare, je lui propose de se produire au Nez Rouge, non seulement une fois, mais éventuellement régulièrement, en suivant l’évolution de son travail. Et il peut m’arriver de devenir le producteur de l’une de ces jeunes pousses, comme je l’ai fait pour Max Bird, aujourd’hui devenu très populaire, et actuellement pour un groupe détonant,  Lucas Gang. J’ai découvert une chanteuse  québécoise, Madmoiselle, venue pour un soir, que j’ai  immédiatement réinvitée et je suis régulièrement les performances du chanteur David Bacci. Mickael Jones, Jean-Félix Lalanne, Charlotte Valandrey, Fabienne Thibeault, Slimane et l’incroyable Victoria Petrosillo, des 3 Mousquetaires et du Roi Soleil,  

 

Victoria Petrosillo

 

sont venus enchanter le plateau,  comme Renaud Hantson, avec son « Hommage à Michel Berger », un spectacle devenu au fil des mois une institution maison. Pierre Santini va venir bientôt chanter du Paolo Conté, ainsi que Marcel Amont, prévu pour quatre soirs !  Original, non? Et je suis à la trace certaines  carrières, comme celles d’Elodie Poux, Hélène Arden , Mémé Casse Bonbons. Je ne peux pas citer tout le monde, mais le Nez Rouge est devenu une pépinière artistique familiale ! » 

 

Gérald Dahan et Renaud Hantson 

 

C’est  en effet en famille que Gérald Dahan  mène sa barque, ou plutôt sa péniche, avec sa femme Claire et sa maman Michèle, proposant aussi les après midi de vacances scolaires des spectacles pour enfants. Il se produit aussi régulièrement au Nez Rouge entre deux spectacles personnels en province avec ses imitations, ses sketches désopilants, seul ou accompagné de la délicieuse humoriste et imitatrice Sandrine Alexi. Tout ce qu’on peut souhaiter à Gérald Dahan, c’est d’être un capitaine au long cours !

 

Grégoire Colard 

 

Le Nez Rouge, 13 quai de l’Oise,  Paris 19eme

 

Enfin un peu de jeunesse sur France 2 !  L’animatrice Daphné Bürki a fait le buzz en présentant les Victoires de la Musique, une émission habituellement ennuyeuse à mourir,  devenue grâce à elle un moment totalement ludique, potache, insolent et déjanté, sur un faux-semblant de n’importe quoi……

 

 

REUTERS/Christian Hartmann

 

A 38 ans, Daphné Bürki pourrait être sage, posée, ne serait ce que pour donner l’exemple à ses deux petites filles.  D’autant plus qu’à la télévision, elle aligne déjà un beau palmarès en tant qu’animatrice et que sa verve naturelle et sa nature espiègle devraient avoir été limées par la lourdeur de nos chaînes institutionnelles. De nombreuses années passées sur Canal Plus lui ont en fait permis d’exercer sa liberté de parole naturelle, notamment dans le Grand Journal ( où elle n’a hésité à dévoiler un de ses seins à un Manuel Valls ébaubi)   mais aussi dans l’émission Les Maternelles et C à vous sur France 5. Actuellement, depuis août 2017, elle enflamme l’Audimat de  France 2 en menant d’une main de maîtresse l’émission « Je t’aime » chaque après midi sur France 2, à 15 heures, un horaire normalement désertique !  Et soudain, le temps d’une soirée exceptionnelle, la voici bombardée, par Delphine Ernotte, seule aux commandes de la présentation des Victoires de la Musique. Cela aurait pu être la fin de tout pour elle, mais sa prestation a été une telle réussite que sa carrière devrait exploser.

 

Sting, parrain de la soirée, et Daphné Bürki

        C’est d’une voix enjouée, avec un ton toujours empreint d’une ironie redoutable que Daphné a fait allègrement défiler tour à tous les artistes récipiendaires de ces Victoires tant désirées, jamais à court d’un bon mot, parfois même d’un gros mot, n’hésitant pas à se jeter de la scène sur les bras levés du public, telle une slammeuse déchaînée ou un Claude François débraillé. Ce n’est pas Michel Drucker qui aurait fait cela! (Michel, si tu m’entends!). Et, que ce soit avec Sting, Orelsan, Mc Solaar, Big Flo et Oli, Charlotte Gainsbourg, Gaêl Faye, Camille, etc.., elle s’est montrée totalement en phase avec eux, n’hésitant pas à improviser quand une panne technique trouble la fête durant de longues minutes et qu’elle prend sur elle d’aller chercher des sandwiches en coulisses pour les distribuer à des spectateurs pas du tout affamés, mais éberlués.

 

Orelsan et Daphné Bürki, en pyjama.

        Daphné Bürki, qui a commencé sa carrière télévisuelle en présentant les tendances de la mode et qui a une taille mannequin (1m82 ), a aussi joué de son physique avec des tenues des plus chics aux plus déconcertantes (un pyjama),  affichant une féminité épanouie qui n’a pas dépareillé aux côtés de  celle d’Iris Mittenaere,  Miss France 2016 et Miss Univers 2017. Bref, Daphné Bürki,  née sur la pelouse d’un hôpital parisien, est désormais promise à un champ de gloire médiatique. Peut être même au cinéma, qui  a déjà fait appel à elle…

 

 Iris Mittenaere et Daphné Bürki.

 

Grégoire Colard