Tapage Culture

Posts in the Art contemporain category

La tendance naturiste se précisait déjà depuis quelques années à Paris se mettant à nu, mais un nouvel évènement dans un lieu officiel de la République va officialiser cette libération des corps!

De fait, jusqu’ici la France, et notamment Paris, était très en retard sur le naturisme en public, alors qu’en Allemagne, aux Pays Bas, en Autriche, en Espagne et au Québec, pour ne citer que ces pays, il est parfaitement naturel de se montrer en public dans le plus simple appareil, sans déclencher le moindre scandale, ni subir une quelconque agression, qu’elle soit verbale ou physique.

Et pourtant, il existe l’Association des Naturistes de Paris, qui organise des soirées piscine sans maillot, ou encore des réservations  pour des concours de bowling à nu,  comme ce le sera le 3 avril prochain, et même des soirées restaurant sans « couvert »!  L’été dernier, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a donné son accord pour ouvrir aux nudistes une très grande zone de liberté dans le Bois de Vincennes, mais aussi pour réserver un espace dans Paris Plages, sur les quais de la Seine, ce qui devrait être renouvelé cet été pour les deux lieux.

 

Un nouveau projet de l’Association des Naturistes de Paris, mais artistique, celui-ci,  a été accepté et soutenu par le Palais de Tokyo, un haut lieu des musées parisiens, pour ouvrir son exposition « Discorde, fille de la nuit »  le 5 mai au matin à cent soixante fesses-à-l’air. Les réservations se sont envolées en quelques minutes, dont en majorité celles de femmes de 18 à 34 ans, alors que plus de vingt-six mille demandes, dont de touristes du monde entier, n’ont pu être  satisfaites. Gageons que d’autres dates seront envisagées… La même expérience avait déjà eu lieu au Québec où une exposition du photographe sulfureux Robert Mapplethorpe avait déchaîné une foule de non-textiles !

Dans ce même esprit, un artiste français, Fred Brulé, se produira le 12 mai,  dans le 19 eme arrondissement,  sur une scène dont le nom est encore secret, afin d’y proposer  « J’ai la langue qui fourche », le 1er spectacle naturiste humoristique, où le vestiaire intégral sera exigé… et les photos  interdites! TapageCulture vous en informera en temps et heure…

 

Grégoire Colard

 

 

Achbé est son nom d’artiste street art. Sa phrase du jour, écrite à la craie chaque matin sur le trottoir en pente d’une rue étroite de Montmartre, exulte un chant d’amour et d’humanisme soutenu par une rage contenue. Une oeuvre picturale? Une pensée philosophique?  Une phrase pamphlet? Un gag éphémère? Une nouvelle forme d’art, en tous cas.

 

 

En juin 2016, son mari est mort foudroyé, sur le trottoir, devant leur maison. Comme tombé du ciel. Alors, Achbé, a pris les initiales de son nom pour en faire son propre patronyme d’artiste, et, un matin, lui a écrit un mot, comme ça, à la craie, sur le goudron.  Et un autre le lendemain, et les autres jours. 315 en tout. C’était pour elle une forme de résilience, mais c’est devenu au fil du temps non seulement comme un dialogue avec son compagnon disparu, mais un échange avec les piétons, les touristes, les voisins, les commerçants du coin,  tous ceux qui passent par là, sans oublier maintenant les photographes et les journalistes qui viennent fouler  son chemin pavé d’amour.

Ce qui intéresse Achbé, c’est de partager comme un acte spontané son impression du jour, son indignation, sa révolte, mais aussi  ce qui la fait sourire « : « Je n’écris jamais rien de personnel, je ne ressens pas le besoin de raconter mon histoire. C’est comme un journal intime, sauf qu’il n’est pas intime et que je le partage avec qui veut.  Je « craie » sur l’actualité, la mort de Johnny, ou celle de France Gall, mais aussi sur les migrants, l’injustice sociale, la condition des femmes, la bêtise humaine, les SDF, ou sur Arthur Rimbaud, Simone Veil, même Macron !   J’adore faire des jeux de mots, des associations d’idées , en français et en anglais. J’imagine des conseils rigolos. Et cela m’amuse de « craier »sur le sol avec l’écriture appliquée d’un enfant. » 

Chaque jour, Achbé prend une photo de sa nouvelle « craiation »,  la poste sur les réseaux sociaux où elle est suivie avec un certain fanatisme dans 56 pays, et est actuellement exposée jusqu’au 23 février par la Galerie Central Dupon, au bas Montmartre. Une nouvelle grande dame de l’art graphique.

 

Grégoire Colard 

Galerie Central Dupon 74 rue Joseph de Maistre Paris ( XVIIIe)

 

César est un artiste sculpteur plasticien français, reconnu dans le monde entier . Il est magnifiquement salué par une immense exposition qui lui est consacrée à Paris, au Centre Pompidou, initiée par le commissaire Bernard Blistène.

Né à Marseille en 1921, César Baldaccini est surtout connu de tous pour sa fameuse statuette remise chaque année à la cérémonie des … »César« ! Quel acteur ne rêve de pas l’accrocher à ses rêves les plus fous?  Elle est le symbole de la réussite, de la reconnaissance de ses pairs et du public.  Il est juste que César, disparu en 1988, soit mis  à son tour sur l’autel  de l’admiration à la fois officielle et publique, grâce aux installations  des oeuvres les plus emblématiques de son talent étonnant dans un gigantesque open space qui déborde à travers les baies vitrées sur Montmartre et les toits de Paris .

 

Le César du cinéma/1975 

 

Sur le sol semblent traîner des coulées irrépressibles de chocolat, de crème, symboles pour l’artiste des débordements de la vie et de la nature. Une direction artistique, qu’il définit comme celle de l’expansion, qui lui est venue quand, jeune homme, il s’est rendu à Pompéï et a été sidéré par les corps à jamais pétrifiés  dans la lave qui avait submergé la ville. La plupart de ces oeuvres  sont réalisées à base de mousse de polyuréthane. Est-ce à dire que César est un artiste « industriel »? En tous cas, c’est un créateur témoin et visionnaire de son temps, qui utilise les matériaux générés et dégénérés par l’homme et les divinise.

 

Quelques expansions

 

Dans une autre partie de cette exposition sont proposées des compressions de carcasses de voitures cabossées, écrasées, qu’on ne cesse de regarder pour certaines non sans regret de ne pas les avoir conduites  quand elles étaient neuves, sublimes et éblouissantes ! Nos désirs les plus fous sont ainsi réduits en tas de tôles alors même qu’ils s’érigent à tout jamais en oeuvres d’art ! C’est la consécration de l’éphémère…

 

La formule 1 Ricard/1962

 

C’est en 1958, à l’âge de 37 ans, que César découvre les presses hydrauliques et compresse sa première voiture, une Dauphine, pour se jeter ensuite sur d’autres engins, comme des formules 1 ou des carrosses de luxe. Ses oeuvres font alors scandale et déclenchent une cabale, qui perdure encore aujourd’hui pour certains, qui n’acceptent pas que l’art sublime des détritus de la consommation. Ce qui est sûr, c’est l’acuité du regard de l’artiste sur notre monde contemporain consumériste.

 

César/1997. Paris, France.Photo Ulf Andersen

 

Un autre corps de cette installation du Centre Pompidou présente un aspect tout aussi connu de César, mais discutable aussi pour beaucoup, celui de son bestiaire et de ses oeuvres en fer. Quand il était encore tout jeune, issu d’une famille aux très modestes moyens, César avait déjà bricolé pour son petit frère des jouets en fer à base de boîtes de conserve. Plus tard, toujours sans le sou, incapable d’acquérir du marbre, c’est tout naturellement qu’il a conçu des oeuvres avec des déchets métalliques.  Et là, dès le départ, le  succès national et international lui a permis d’accéder au vertige de la notoriété et de l’acceptation de son imaginaire.

 

Le scorpion/1955

 

Exposition César/Centre Pompidou, jusqu’au 13 mars 2018.

 

 

Grégoire Colard 

Depuis le 16 octobre, et jusqu’au 14 janvier 2018, Le Centre Pompidou lance  une école ouverte à tous en offrant un MOOC d’art moderne et contemporain.

 

Un Mooc ( prononcer « mouc » ) , c’est un lien numérique qui offre des cours massifs et une formation à distance. Il est accessible à tous , comme celui que le Centre Pompidou propose gratuitement depuis quelques jours , pour une première session de trois mois. Ce projet qui a pour but de vulgariser l’art moderne et contemporain au plus grand nombre a été instauré par Jean-Max Colard,  responsable du Service de la Parole , de l’Ecole et du Mooc. Plus de 17.000 étudiants virtuels se sont déjà inscrits ! Il s’agit d’une pédagogie ouverte où les élèves peuvent visionner chez eux des vidéos d’experts, participer à des activités, échanger en direct avec des artistes et des professeurs,  et répondre à des quiz qui leur permettent en cas de réussite de recevoir sur leur écran un  badge, avec un diplôme d’attestation au bout de cinq.

Chacun peut aussi se rendre au Centre où des personnalités de l’art, que ce soit des plasticiens, des musiciens, des cinéastes, des photographes, des chercheurs et même des cuisiniers haut de gamme,   invitent les élèves à concevoir une oeuvre avec elles, à des conférences. Comme le fait l’immense et toujours époustouflante  plasticienne et photographe Sophie Calle ( actuellement aussi en exposition au Musée de la Chasse et la Nature , à Paris 3ème ), ou encore Vincent Ganivet, qui monte en direct et en équilibre instable une immense arche dans le hall de Pompidou grâce au soutien de dizaines d’élèves ou de personnes lambdas qui tiennent l’ensemble, les bras levés ! Très amusant ! C’est éphémère, mais cela rassemble un temps les énergies de tous. De l’art vivant !

 

Jean-Max Colard et Sophie Calle 

 

Les cours tournent autour de cinq gestes  qui illustrent la démarche de tout créateur  : reproduire, assembler, détruire, réduire et critiquer. Cette nouvelle école du Centre Pompidou se veut donc à la fois sérieuse , avec des cours clairs, précis et très accessibles dispatchés sur le site à travers cinq séquences de trois heures chacune,  que l’on peut suivre chez soi à son rythme, tranquillement, et ludique , avec donc des quiz à remporter , mais aussi en se rendant au Centre pour rencontrer nombre d’artistes et échanger avec eux, sinon même élaborer et finaliser un projet commun.

Pour vous inscrire, rendez-vous ici !

G.C.