Tapage Culture

Objectif: caméra!

  • Dans cinema Livres
  • Le 16 Oct 2019
  • permalink
  • Luc Besson, le producteur-réalisateur des plus célèbres du cinéma français, est aujourd’hui rattrapé par différentes affaires, mais son autobiographie qui s’arrête en 1988 révèle un homme dont le seul rêve était de faire du cinéma et qui est arrivé à la force de son non-conformisme.

    Quelle carrière couronnée de succès! Le combat dans l’Ile, Subway, Le Grand Bleu, Nikita, Léon, Le Cinquième élément, Arthur et les Minimoys, pour ne citer qu’eux, tous signés Luc Besson, sont d’immenses films couronnés de triomphes en France et dans le monde. Pour en arriver là, ce qu’il raconte avec talent et émotion dans ce livre, c’est qu’adolescent, même s’il n’y connaissait rien au départ, qu’il n’avait aucune culture, il découvre le cinéma, et sent une force en lui, celle d’écrire des scénarii, encore et encore, et de vouloir les mettre en images. Il n’a pas d’argent, de matériel, rien, mais il a des idées, de l’énergie. Il ne connaît pas les codes du cinéma ? Peu importe ! Il fonce, les apprend sur le terrain et arrive à convaincre d’abord des copains, puis, à force d’acharnement et de tâtonnements des artisans du métier, des comédiens, des stars, puis des maisons de production et des banquiers. Rien ne l’arrête et sa force de conviction finit par l’emporter, avec la fantastique adhésion du public.

    Luc Besson

    C’est qui est frappant dans ce livre, c’est que cet homme, qui dirige tout sur un plateau, qui a tout imaginé, tout pensé, tout écrit, dominé même les éléments ( « Le Grand Bleu « ), a su séduire et engager les plus grandes stars, comme Jean Reno, Isabelle Adjani, Bruce Willis, Jamel Debbouze, Robert de Niro, Scarlett Johansson, Gary Oldman, Anne Parillaud, etc… Même Sting avait accepté de tourner pour lui, mais son planning de star mondiale l’en avait empêché. Par contre, le sensible compositeur Eric Serra s’est laissé séduire pour développer sa propre et inoubliable inspiration, notamment dans « Le Grand Bleu« . Bien sûr, l’homme, mais aussi le professionnel, qu’est Luc Besson, a des défauts, un sacré caractère, déteste les limites. Il ne se ménage pas dans ce livre qui est un auto-portrait sans complaisance. Au lecteur de se faire une idée….

    Grégoire Colard

    Enfant Terrible/ Luc Besson: XO Editions/ 19,90 Euros

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

    Lui, Elton John ! arrow-right
    Next post

    arrow-left "Appelez moi le directeur!"
    Previous post