Press "Enter" to skip to content

Frédéric Longbois: Bécassine, c’est sa cousine!

Révélé cette année par l’émission emblématique The Voice, Frédéric Longbois est un chanteur à part, étonnant, extravagant, dans la lignée des comiques troupiers et même de Chantal Goya, dont il a d’ailleurs repris « Bécassine » dans l’émission, faisant exploser l’Audimat.

 

 

Ces émissions de télécrochets qui séduisent ou révulsent tant le public peuvent être assassines pour l’éventuelle carrière des candidats, ou révélatrices de leur charisme. Au choix des jurés et des téléspectateurs ! Pour Frédéric Longbois, cela a été comme un feu d’artifice dans son ciel artistique pourtant déjà bien étoilé. Ce chanteur, né à Trouville  a en effet connu d’innombrables scènes dès ses onze ans, raflé des premiers prix de piano et de chant la vingtaine venue, et connu des débuts éclatants en…Roumanie, après la chute de Ceaucescu, où il a fait des tournées pendant trois ans, entouré de 78 musiciens ! Son répertoire était alors composé de ses propres chansons et de grands classiques du répertoire français, de Brel, Bécaud, Ferré, Aznavour, Marie Dubas, et des titres d’Edith Piaf et de Barbara, ses deux  idoles. Mais il a toujours, aussi, le spectre de sa voix étant à la fois très large et très étendu, repris nombre d’airs d’opéra, comme Nessun Dorma, de Puccini. Tout est possible avec cet artiste ovni qui affirme : « Tout est cosmique et karmique dans ma vie ! ».

 

 Marco Oranje, Arielle Dombasle, Frédéric Longbois /Don Quichotte contre l’Ange Bleu 

Ce qu’il aime, on l’aura compris, c’est la scène, avec, aussi, des participations dans des comédies musicales, comme dans Irma Douce, avec Clotilde Courau, dans une mise en scène de Jérôme Savary, dans Paris Frou Frou, dans la Belle et la toute petite bête, avec Arielle Dombasle, Don Quichotte contre l’Ange Bleu, toujours avec Arielle Dombasle, et dans Une trompinette au Paradis, de Boris Vian.  Il a aussi joué dans de nombreux films, au théâtre et pour des pièces produites pour la télévision, comme celles adaptées d’Agatha Christie. La célébrité n’était pas là, mais il attendait d’autant plus son heure qu’un mage lui avait prédit qu’elle l’auréolerait après ses 50 ans ! Aujourd’hui, il les a atteints et son impact archi populaire pendant The Voice vient de lui permettre de s’approprier plusieurs soirs la scène mythique de La Nouvelle Eve, à Paris où un public de fans déchaînés l’a ovationné et lui a lancé des gerbes de fleurs. Ce lieu magnifique à la fois baroque, kitsch et rococo était l’idéal pour ce personnage décalé, qui déchaînent les rires, avec Bécassine, bien sûr, mais qui sait émouvoir avec son interprétation de l’Aigle noir, de Barbara, ou de Maman, une chanson originale inspirée par la disparition récente de sa mère adorée, sa colombe de bonheur, Colette Blanc, comédienne.

 

 

Frédéric Longbois est aujourd’hui épanoui, désormais soutenu par une équipe de production, menée par Gérard Louvin, et par des cellules de communication, de community managers, d’auteurs, comme Daniel Moyne, et s’il a déjà deux musiciens brillants et inventifs sur scène, il attend avec impatience d’être entouré de danseuses ou de Blue Bell Girls empluméescomme il les aime ! Il devrait maintenant enchaîner des concerts, partout en France, et des émissions populaires à la télévision, comme début décembre (avec des girls !), chez Patrick Sébastien. En attendant, il vient d’éditer un CD de 11 titres, « Je viens vers vous« , 11 parfaits reflets de son talent multiple, iconoclaste et éclectique.

 

 

Grégoire Colard

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn