Tapage Culture

Bluffante à la Nouvelle Ève, émouvante au Petit Saint-Martin, rien n’arrête Nicole Croisille. Surtout pas le temps qui passe. Champagne !!

On avait rendez-vous avec une légende, de celles qui vous intimident et dont on pardonnerait même qu’elles vous toisent. On a rencontré une femme à la gentillesse désarmante, traqueuse comme à son premier soir, bosseuse comme si elle avait encore tout à prouver, et puis drôle et pétillante. Irrésistible, en somme.

Une rencontre en deux temps. À la Nouvelle Ève tout d’abord, dans « Youpi ! C’est reparti », la jubilatoire revue ourdie et mise en jambes par Caroline Roëlands et sa bande de doux dingues. Au Petit Saint-Martin ensuite, dans « Jeanne » de Jean-Robert Charrier et que Jean-Luc Revol, à l’invitation de Nicole Croisille, a mise en scène. Deux rôles aux antipodes l’un de l’autre. Nicole blonde platine et féline dans ses collants noirs comme à Broadway quand elle menait la revue des Folies Bergères. Et Nicole vieillie, coiffée de gris, murée dans la solitude amère du vingt-huitième étage de sa tour anonyme. À chaque fois, un vrai bonheur. Pour nous comme pour elle.

« J’étais heureuse d’aller à la Nouvelle Ève les retrouver tous les lundis et de faire quelque chose que je faisais il y a cinquante ans qu’évidemment on ne va plus me donner la possibilité de faire aujourd’hui. Et cette autre performance, parce que c’est une performance, avec cette pièce que m’a proposée Jean-Robert Charrier, le directeur du Saint-Martin, un jeune homme délicieux de 34 ans… tiens,  je commence à parler comme une vieille conne… que je côtoyais pendant Irma la Douce avec Briançon. »

©Jean-Marie Marion

« Il y avait des tas de signes quand j’ai lu cette pièce qui me faisaient penser qu’il fallait que j’y aille. Même si ça me foutait une superbe trouille, ça correspondait à ce que je voulais faire maintenant, au stade où j’en suis de ma trajectoire. Non, je n’appelle pas ça une carrière mais une trajectoire, parce qu’une carrière c’est calculé à l’avance et ça n’existe pas ! Et j’ai envie de la finir avec des choses qui me plaisent, qui me font gagner du terrain encore en tant qu’artiste, m’épanouir dans ce que je n’ai pas eu l’occasion de tenter avant. Et je voulais tâter de la vieillesse… parce que je me bats contre cette vieillesse ! »

Ce cap parfois si redouté, quand à l’automne de sa vie on se rend compte, comme Jeanne, qu’à attendre de l’autre qu’il vous aime pour vous, on a peut-être tout simplement oublié de vivre pour soi, Charrier le raconte avec une infinie délicatesse. Jeanne qui s’égare, qui entend des bruits qu’elle seule entend. Jeanne qui ne sait plus que mordre et se méfie de ses voisins. Jeanne, une tatie Danielle que les cinq verrous posés sur sa porte protègent du monde des vivants. Acariâtre et de mauvaise foi jusqu’à l’insupportable et finalement émouvante, qu’on aurait envie de serrer dans ses bras.

En épousant le rôle, Nicole Croisille n’a donc pas hésité à jouer avec le propre reflet de son miroir. Sans fard, sans coquetterie.  « C’était pas culotté, c’était un risque. Mais qu’est-ce que je risquais ? Je ne risquais pas ma vie ! Je risquais que ce ne soit pas crédible. Or, apparemment, même des gens qui me connaissent parfaitement me disent: « Quand je t’ai vue, je ne t’ai pas reconnue ! »… C’était ça l’important. D’autant plus que les femmes de ma génération, qui restent encore sur le tarmac comme je le dis, elle font tout pour que ça ne se voie pas. Parce qu’on n’a pas le droit de vieillir ! Les gens n’aiment pas qu’on leur rappelle qu’ils sont en train de vieillir, donc il faut qu’on reste comme on était. » C’est dire si la comédienne s’est ici follement amusée à composer avec le temps qui passe.

©Jean-Marie Marion

Et puis, comme un clin d’œil à sa propre trajectoire, les hasards du métier ont fait que Nicole Croisille se soit retrouvée, en cette fin d’année 2017, dans ce qui était les sous-sols du théâtre Saint-Martin qu’avait investis, en 1978, Marcel Marceau et ses élèves venus du monde entier. Avec l’appui du maire de Paris de l’époque, Jacques Chirac, et de son conseiller culturel, Marcel Landowski, le célèbre mime à la marinière avait créé ici même une école internationale de mimodrame.

Mais Nicole intégra sa troupe bien plus tôt, à la fin des années 50. Elle suivait alors des cours de chanteuse lyrique, tout en dansant à la Comédie Française dans les ballets des comédies de Molière. « On m’avait découvert une tessiture de colorature. Techniquement, c’est infernal. On peut difficilement se laisser aller à l’émotion. Ma réflexion a été de me dire si je ne peux pas, mon corps, lui, doit pouvoir. Je vais donc aller chez Marceau et apprendre à mon corps à traduire l’émotion. Faut être tarée pour faire ça mais je suis tarée. Et au bout de deux mois, la femme de Marcel tombe malade et la troupe avait toute une série de tournées en Amérique du Sud, en Europe, partout. Il m’appelle et il me dit: « Est-ce que vous êtes libre ? »… je n’étais pas majeure… c’est comme ça que tout a commencé. »

Et on se gardera bien de dire que la boucle est bouclée. Le jazz et ses big-bands il n’y a pas longtemps. Le music-hall et le théâtre en cette fin d’année. Allez savoir ce qu’elle nous réserve pour l’année prochaine et toutes les autres à venir. Nicole Croisille reste libre. De ses choix, de ses élans. Comme de nous surprendre encore et c’est tant mieux.

O.D

 

Jeanne, de Jean-Robert Charrier, mise en scène de Jean-Luc Revol

Avec Nicole Croisille, Charles Templon, Florence Muller et Geoffrey Palisse

Pour encore quelques soirs au théâtre du Petit Saint-Martin  

Avant de partir en tournée.

 

 

 

 

 

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Raphaël Mezrahi est un mauvais journaliste ! arrow-right
Next post

arrow-left Ave César, Paris te salue et lève ton pouce!
Previous post