Tapage Culture

 

Le 13 novembre 2015, au Bataclan, Hélène Leiris tombe sous les balles. Antoine, son mari, lui dédie une lettre bouleversante, puis un livre éponyme, « Vous n’aurez pas ma haine », dont le texte est aujourd’hui célébré par le comédien Raphaël Personnaz sur la scène du Théâtre du Rond Point. 

 

Ce n’est pas facile pour moi de décrire cette pièce qui m’a laissé paralysé par l’émotion. Le plus simple est peut être de citer d’abord le comédien qui mène ce monologue pendant un peu plus d’une heure, une heure qui passe comme un souffle d’air brûlant.

Raphaël Personnaz, révélé au grand public en 2010 par l’un de ses premiers rôles dans la Princesse de Montpensier, un film de Bertrand Tavernier, a reçu depuis de nombreuses récompenses de ses pairs, dont un César , en 2011, et un Prix Patrick Dewaere, en 2013. Malgré son physique à la beauté angélique qui aurait pu l’entraîner vers une carrière de briseur de coeurs dans des comédies romantiques, nous tenons là un comédien et acteur éclectique qui ne se laisse pas hypnotiser par la lumière de la gloire à tout prix. Avec ce texte d’Antoine Leiris, « Vous n’aurez pas ma haine », qu’il a découvert après sa parution en livre,  grâce au metteur en scène Benjamin Guillard , il a compris que c’était un devoir pour lui de le partager sur scène avec le plus grand nombre, alors même qu’il doutait pouvoir le faire, non pas en tant que comédien, mais en tant qu’homme. Il a finalement choisi de ne pas se mettre dans  peau d’Antoine Leiris, qui a perdu sa femme au Bataclan, mais d’être sa voix. Il a fallu à Raphael des mois de répétitions, tant il y pleurait, pour arriver au bout des mots. Pour dépasser les maux. Et il fait preuve sur scène, d’une force, d’une assurance et d’une virilité à toute épreuve. Un vrai soldat de l’amour.

Au Théâtre du Rond Point, il est seul, face à une chaise vide, accompagné parfois par quelques notes de musique jouées presque en sourdine par une pianiste délicate que l’on devine derrière une rideau translucide, évoquant comme  une âme féminine planant dans la salle, celle d’Hélène. Peut être. Sûrement.

Les spectateurs sont pétrifiés, silencieux. Certains pleurent. Moi aussi. Mais on rit aussi, parfois. Comme un exutoire. Tout simplement parce que ce texte est celui du  refus de céder à la haine vis à vis des terroristes, qui n’attendent que cela. Ne pas céder. Continuer, malgré tout. Et surtout. La vie est là, notamment avec cet enfant encore tout petit qu’Antoine a eu avec Hélène. C’est l’heure de lui raconter les souvenirs drôles et heureux et de le faire grandir dans un monde qui ne peut pas, qui ne doit pas être celui de l’horreur absolue , mais de la tendresse, de la joie, du partage et de l’altruisme.

Dans cette pièce, à la fois dure et tendre, dont on ne sort pas intact, on l’aura compris, s’entremêlent des moments de douleur intense, des cris d’incompréhension et de révolte, mais aussi des envolées d’émotion à corps perdu et de lyrisme absolu. Un véritable hymne à l’amour et à la vie.

Je ne peux pas critiquer « Vous n’aurez pas ma haine« …. Juste dire: « Allez y! ».

 

Grégoire Colard

 

Jusqu’au 10 décembre au théâtre du Rond-Point ( Complet)

Du 2 mars au  14 avril 2018 au théâtre de l’Oeuvre

 

 

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Youpi ! Un grand coup de soleil aux portes de l'hiver !! arrow-right
Next post

arrow-left Faisons un rêve... et si Guitry était de retour chez lui ?
Previous post