Tapage Culture
LE LIVRE DE CAMILLE SAFÉRIS

Camille Saféris est à la fois journaliste, auteur, comédien, cinéaste et a beaucoup oeuvré comme animateur sur Canal Plus, qui lui a permis de puiser dans son esprit iconoclaste pour amuser et surprendre le public. C’est aussi et surtout un bon vivant qui aime la bonne chair…., en étant un adepte du Polyamour, dont il conte dans ce livre un chemin parsemé de belles aventures!

LE DRAPEAU DU POLYAMOUR

Le polyamour n’est pas une invention de l’auteur, mais une pratique amoureuse plutôt usuelle dans le monde, et notamment aux Etats-Unis et en France. Il s’agit pour un couple d’accepter pour chacun des deux d’avoir d’autres relations amoureuses, vécues comme un enrichissement mutuel. La romancière américaine Virginia Woolf a été une adepte de cette philosophie, comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, ou encore Paul Bocuse, fort satisfait de cette recette du bonheur.

CAMILLE SAFÉRIS ET SES YEUX MALICIEUX

Ce livre très divertissant n’est pas du tout une apologie de l’adultère consenti mais une sorte de fantasme éveillé d’un homme amoureux d’une femme dont le compagnon a de multiples relations sexuelles. Faut-il qu’il devienne poly amoureux et entre dans leurs jeux pour la séduire ?

Grégoire Colard

L’homme d’une seule femme/ Camille Saféris/ Editions Plume/17 Euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

IL Y A AINSI DES ARTISTES QUE L’ON CONNAÎT ET QUE L’ON AIME DEPUIS TOUJOURS, MAIS DONT ON NE SAIT RIEN, EN FAIT, TANT LEUR DISCRÉTION EST TOTALE SUR EUX-MÊMES. C’EST LE CAS DE WILLIAM SHELLER, AUTEUR COMPOSITEUR INTERPRÈTE, QUI A REMPORTÉ TANT DE PRIX ET DE SUCCÈS. AUJOURD’HUI, AU SOIR DE SA CARRIÈRE , IL NOUS OFFRE DE PARCOURIR LES CHAPITRES DE SA VIE, ECRITS PAR LUI AVEC UNE SINCÉRITÉ CONFONDANTE.

Victoires de la musique 2016/ « Un homme heureux » Meilleure chanson. Meilleur album.

A 75 ans bientôt, William Sheller annonce à la fois sa décision de cesser de chanter, mais pas de composer, encore et encore, et publie cette autobiographie où il évoque moins la somme de son oeuvre et de ses succès que le détail de sa vie privée, qu’elle soit familiale ou amoureuse. C’est d’autant plus étonnant qu’il a toujours été le plus secret des hommes, refusant toute photo privée et ne livrant jamais aucune confidence. Là, il évoque ses excès en tous genres, qu’ils aient été en substances diverses ou en amours ambivalentes, et aussi son adoration pour sa famille, ses enfants, ses amis artistes, comme Barbara, Catherine Lara, Véronique Sanson, Charles Aznavour et Vincent Delerm, entre autres. On découvre l’homme au jour le jour, avec ses forces ses doutes, ses faiblesses, et aussi l’artiste, prolifique, jamais en panne d’inspiration.

Tapageculture.fr recommande fortement la lecture de cette autobiographie, qui témoigne d’une grande lucidité et d’une rare franchise.

Grégoire Colard

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Emmanuel Bonini, biographe, a recueilli les souvenirs de Doudou Morizot, le régisseur historique de l’Olympia, qui, aux côtés de Bruno Coquatrix, a dû faire face aux caprices et aux sautes d’humeur des innombrables stars de la chanson qui s’y sont produites, dans les années 50 à 80. Mais il se souvient aussi de moments des plus agréables!

Claude François et Doudou Morizot


Quand des artistes arrivent dans une salle pourtant mythique comme l’était l’Olympia, ils ressentent le plaisir de s’y produire le soi-même, mais aussi le trac, avec l’idée noire que rien ne fonctionne comme prévu. Que le son ne soit pas bon, que les lumières soient mal réglées, que le rideau rouge ne s’ouvre pas. Alors quand ils rencontrent Doudou Morizot, le régisseur de la scène, grand responsable de l’ensemble de toute la technique et de ses nombreux ouvriers, même certains des plus grands noms de la chanson française et internationale n’arrivent pas à afficher un sourire tranquille. Ils ont besoin d’être rassurés! Et c’est ce qu’a fait Doudou Morizot pendant vingt-cinq ans. Avec succès, mais pas toujours!

Doudou Morizot, Jerry Lewis et Liza Minelli
On apprend ainsi au fil des pages qu’Annie Cordy était un amour absolu, alors que Claude François, toujours extrêmement en retard, avait des rapports compliqués avec tous ceux qu’il croisait sur scène et en coulisses , alors que Michel Polnareff, lui, se montrait vindicatif. Barbara se rongeait d’angoisse, comme Gilbert Bécaud. Johnny Hallyday se conduisait à chaque fois en vieux pote, et Léo Ferré appelait Doudou « son frère ». Ce livre est un voyage au pays des artistes où certains montraient en coulisses leurs vrais visages, qui n’auraient pas forcément enchanté le public le soir même ! Doudou Morizot est un homme qui a compris qu’une vedette n’est pas une personne comme les autres, qui veut tout dominer sur scène, et qui a besoin d’être parfaitement rassurée au niveau technique. Il avait donc le rôle d’une nounou, avec plein de pensionnaires plus ou moins agités et déraisonnables .

Charles Aznavour, Doudou Morizot et Bruno Coquatrix.

Vous l’aurez compris, ce livre, très agréable à lire, foisonne d’anecdotes amusantes, étonnantes, qui, sans méchanceté aucune, donnent une certaine idée du quotidien d’une immense salle de spectacles, avec ses stars à manier….avec précaution !

Grégoire Colard

Doudou Morizot/Je les ai tous vus débuter/ Emmanuel Bonini/

L’Archipel/20 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

L’auteur de cette biographie , Frédéric Quinonero, est un habitué remarquable de la vie des stars populaires de la chanson française, d’Edith Piaf à Johnny Hallyday, en passant par Sardou, Sheila et …Françoise Hardy, sans oublier aussi quelques reines du cinéma, telles Sophie Marceau et Juliette Binoche. De fait, il écrit au fil de ses passions, et là, avec Jacques Dutronc, il n’omet aucune de ses chansons, aucun concert, et pas un seul de ses plus de quarante films !


Thomas et Jacques Dutronc

Tout commence dans ce livre par une longue préface écrite par Thomas Dutronc, que l’on a toujours ressenti comme un garçon pudique, réservé, voire timide, et qui déboutonne son coeur pour délivrer l’amour fou qu’il porte à son père. Ensuite, cette biographie prend son rythme, en n’omettant donc aucun détail de la carrière de Jacques Dutronc, ni l’évolution de sa personnalité à la fois parfois insolente, souvent dérangeante, mais toujours étonnante, ni les hauts et les bas de ses rapports avec la société.

Françoise Hardy et Jacques Dutronc

Ce qui est remarquable dans ce livre qui se veut complètement exhaustif par rapport au travail artistique de Jacques Dutronc est qu’il ne s’intéresse pas à ses secrets d’alcôve et respecte son goût du secret quant à sa vie privée. Mais, quand on tourne la dernière page, à regret, on réalise qu’on aime encore plus et l’artiste…et l’homme.

Grégoire Colard

L’insolent/ Frédéric Quinonero/ Editions L’archipel/ 365 pages/ 21 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

On dit que c’est un homme et c’est vrai ! Et un très bel homme en plus, mais qui se produit en femme sur toutes les scènes de France dans un spectacle irrésistible de drôlerie, et dans nombre de télévisions. Devenant chaque jour plus populaire, il publie aujourd’hui le dictionnaire de sa vie .

Né à Marseille, le petit Thierry a connu une enfance heureuse, et a toujours été frappé par la faconde des femmes issues de son quartier populaire du Panier. On les surnomme des cagoles et elles s’interpellent à voix fortes d’une fenêtre à l’autre. Et aujourd’hui, devenu l’artiste Zize, c’est exactement ce qu’il reproduit sur scène en interprétant une mère de famille accorte, qui aime les faux bijoux clinquants et les copies de sacs à main de luxe et qui se prépare à marier son fils à grand reproches envers sa future belle-fille. Gags, imbroglios, quiproquos, tout est écrit par lui et est impayable.

Coccinelle

Monté à Paris à 18 ans, c’est le monde du transformisme qui a alors kidnappé son coeur, en étant notamment engagé par Michou dans son célèbre cabaret de Montmartre et surtout en admirant au Carrousel de Paris la beauté foudroyante de Coccinelle, devenue femme en 1959. Il l’épouse en 1996 ! Aujourd’hui, Zize est un artiste heureux, dont la faconde au fort accent du sud séduit grands et petits, quand ils ont le droit de sortir ! En attendant, on peut feuilleter son livre, émouvant, touchant, sincère, de A comme amour à Z comme Zize!!!!

Grégoire Colard

De A à Zize: par Thierry Wilson/ Editions Maraprod-Events/ 20 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Né en Bretagne, dans une région secouée par le caractère sauvage et indomptable de la mer d’Iroise, Yann Crépin est un autodidacte du piano, qu’il a appris tout seul à maîtriser, se laissant aller aux flots de son inspiration pour composer des morceaux qui embarquent non seulement le public de ses concerts, mais l’adhésion spontanée de professionnels de la musique. D’aucuns ne le rapprochent-ils pas de Yann Tiersen, de Michael Nyman et de Ludivico Einaudi?

Yann Crépin sur la cale de Beg-Meil.

Deux albums ont déjà été produits, dont le premier, « Déclaration« , a été enregistré avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne, ce qui a incité France Télévision à recommander Yann Crépin pour accompagner l’écriture d’un film réalisé par Mélanie Leray. Notre pianiste est un artiste certes solitaire, passionné aussi par la flûte traversière et la harpe, mais il est déjà devenu proche de nombreuses connaissances musicales, comme Yvan Cassar, qui a accepté de participer au niveau du son à son deuxième album: « Mise à nu » .

: Mise à nu« , le nouvel album de Yann Crépin

Ce nouvel opus comprend 13 titres , dans lesquels l’artiste laisse aller les brûlures de son âme comme autant de flots de passion, fouettés par des vents d’inquiétudes et d’espoirs. Dès la première écoute, la singularité de ses mélodies nous emporte vers des rivages romantiques dont la découverte nous rend heureux. Certains pays ont déjà succombé aux charmes de son inspiration, comme le Canada et la Russie, lui proposant des collaborations à des projets artistiques, tandis que l’artiste-peintre japonais Aki Kuroda l’invite à rejoindre musicalement ses prochaines installations….Yann Crépin est donc un créateur original, qui incite à voyager avec lui dans son univers fluide et intuitif.

Grégoire Colard

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Harry Roselmack est non seulement un homme de paroles, que ce soient celles qu’il prononce depuis 15 ans sur TF1 dans les journaux télévisés, ou dans le magazine dominical Sept à Huit, mais aussi un être humain qui se met dès qu’il le peut au service d’enfants défavorisés, et milite aux côtés du Club Averroes, pour la diversité dans les médias. Aujourd’hui, il livre son ouverture d’esprit à travers un recueil de nouvelles dont l’une, « Retrouvailles« , lui a inspiré un court-métrage, dont il est le producteur, avec quatre personnages d’obédiences divergentes.

Des réactions différentes face à la mort…

Homme de télévision, Harry Roselmack aime certes les mots, avec ceux des 19 nouvelles qu’il a imaginées dans ce livre ( où Michel Douard en a écrit 13 autres), mais aussi les images fortes qu’ils suscitent, notamment dans ce film court. Il a d’ailleurs déjà écrit et produit un film, « Fractures » , et plusieurs documentaires dont: « Dans l’ombre de Teddy Riner« .

Grégoire Colard

Nouvelles d’après 20 H: Harry Roselmack Michel Douard/ Auteurs du Monde/16 euros

Pour visionner le court-métrage:

https://www.youtube.com/watch?v=t6BeHpkf8E

N

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Comme le dit le vieil adage, « Le temps passe, mais les souvenirs restent ». Et justement, ce livre qui sort à l’approche de l’anniversaire de la disparition de Daniel Balavoine, le 14 janvier 1986, n’est pas une biographie de plus sur lui, mais comme une réunion d’amis qui racontent qui il était au quotidien pour chacun d’eux. Une façon très originale de faire revivre le « terrien en détresse »!

Avec Michel Berger et France Gall, en 1979, pendant les répétitions de  »Starmania ».

François Alquier a eu l’idée de joindre non seulement des membres de la famille du « Chanteur », comme ses frères et ses soeurs, et son fils Jérémie, mais aussi ses musiciens, ses choristes, deux de ses compagnes, Catherine Ferry et Linda Lecomte. Sans oublier nombre de personnages clés du Show Business qui ont eu à faire à son caractère déterminé, à sa profonde gentillesse, à son humour dévastateur et à son désir profond d’aider les plus démunis de tout, jusqu’en Afrique. Osant même interpeller en direct à la télévision François Mitterrand, le candidat socialiste à la Présidence de la République, qui s’est montré sensible à son audace et son discours.

19 mars 1980, lors du Journal télévisé d’Antenne 2.

Cet émouvant ouvrage de François Alquier, nous permet, en ces temps où la musique est confinée, d’aller à la rencontre d’un chanteur qui n’avait peur de rien, tout en préservant les autres !

Grégoire Colard

Daniel Balavoine, Un homme Vrai/ Pygmalion/ 342 pages/ 18,90 euros

Association Daniel Balavoine

Site: www.associatiodanielbalavoine.org

Mail: association-daniel-balavoine@orange.fr

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Cette double compilation de 45 titres, interprétés par 42 grands noms de la chanson française, de Charles Aznavour à Adèle, permet à chaque achat de transférer un euro à la Fondation Le Refuge, qui soutient avec succès, mais non sans difficulté, les jeunes gays en détresse, rejetés par leurs familles ou par la société, ou même gravement menacés dans leur intégrité physique.

Muriel Robin (Marraine de la Fondation), entourée de Rémy Rego ( Le Refuge), Pascal Petit et Matthieu Moulin
(Marianne Mélodie)

Cette sélection de titres est parfaitement éclectique, qui permet de passer du rire aux larmes suivant leurs textes, toujours émouvants, avec beaucoup de découvertes. Qui savait que dans le passé Fernandel, Jean Yanne, Henri Tachan, Bobby Lapointe, avaient chanté les amours masculines ? Plus récemment, on a entendu (et on les retrouve ici aussi ), Michel Delpech, Michel Sardou, Renaud, Calogero, Dave, Hervé Vilard, Serge Gainsbourg, Serge Lama, Patrick Juvet, Marc Lavoine, Eddy de Pretto, pour ne citer qu’eux.

Angèle

Les femmes sont aussi à l’honneur dans ce double album, avec les chanteuses Régine, Juliette Gréco, Dalida, MariePaule Belle, Catherine Lara, Jane Birkin, Jeanne Mas, Sylvie Vartan , Barbara, Lara Fabian, Juliette, Alizée, Fabienne Thibeault ( Ziggy) et … Angèle , qui vient de faire publiquement et officiellement son coming out. Autant de voix, autant de talents qui s’élèvent pour célébrer le droit à la différence, et donc à l’indifférence.

N’hésitez pas à vous procurer cette compilation qui va vous faire rire, vous choquer parfois, peut-être, mais qui va aussi faire battre votre coeur, avec cette idée que le fait de vous la procurer va aider certains et certaines à mieux vivre.

Grégoire Colard

Comme ils disent / Marianne Mélodie/ Double CD/ 12,90 euros (frais de port inclus jusqu’au 31 octobre 2020)

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

En France, autant les chanteurs peuvent devenir des stars idolâtrées, autant les musiciens les plus talentueux sont rarement à la une des médias, alors que leur talent est encensé par les connaisseurs les plus affûtés, avec des ventes extraordinaires dans notre pays et à travers le monde.

Quelques uns de ses disques d’Or…

C’est le cas de Jean-Pierre Danel, qui a déjà classé au cours de sa carrière 19 albums et 20 singles au top des ventes et est justement le guitariste instrumental, compositeur et producteur le plus récompensé avec 201 disques d’Or, de Diamant et de Platine. Il a figuré dans les hits -parade de 60 pays, dont notamment celui du Billboard américain avec « The Pink Side of Miss Daisy« , en hommage à cette guitare mythique. Il a même récemment été numéro des ventes de jazz en France avec son album « Côté Jazz ».

Avec l’iconique « Miss Daisy » devant sa collection de guitares.

Aujourd’hui, il édite chez Marianne Mélodie un double CD de 40 titres où il reprend à la guitare de très grands titres , comme, entre autres, « Apache », des Shadows, « Johnny Be Goode », de Chuck Berry, « Cocaïne », de J.J.Cale, « Please, Please Me », des Beatles, ou encore « Honky Tong Woman », des Rolling Stones et Hôtel California », des Eagles. Certains morceaux sont en duo avec le légendaire Albert Lee, mais aussi Hank Marvin, Laurent Voulzy, Jean-Félix Lalanne, Michael Jones, sans oublier son père, Pascal Danel, sur « When My Guitar Gently Weeps », de George Harrison. Deux titres raffinés y figurent également, où Jean-Pierre Danel est en phase avec le Symphony Film Orchestra. A part ces reprises , on compte aussi plusieurs de ses compositions personnelles, qui illustrent parfaitement son imaginaire musical.

Ce double album est un pur bonheur que Tapage Culture vous recommande si vous voulez voyager entre vos souvenirs dorés et des nouveautés qui le deviendront à coup sûr!

Grégoire Colard

Les Années Guitare/ Marianne Mélodie/ 15 euros.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn