Tapage Culture
Frédéric Zeitoun

Cet homme souriant resplendit de joie de vivre. Chroniqueur musical depuis des années dans Télématin, sur France 2, il est aussi un immense parolier, un chanteur à la voix envoûtante, un écrivain et un artiste de scène. Un vrai personnage envoûtant, qui vient de publier un nouvel album de chansons:  » J’aimerais« .

Frédéric Zeitoun est un homme à découvrir, même si son visage est désormais connu grâce à la télévision. Mais on sait peu de choses sur lui, car c’est un personnage discret. Et pourtant! Il a écrit tellement de chansons à succès… Pour Enrico Macias, Carlos, Michèle Torr, Hughes Aufray, Lorie, Antoine, Annie Cordy, Zaz, et énormément de titres pour Frédéric François. Il a aussi créé et joué une comédie musicale à succès, « L’histoire enchantée du petit juif à roulettes« , inspirée par sa propre vie, puisqu’il se déplace en fauteuil roulant, et qui est illustrée par des musiques de Charles Aznavour et même de Chico et les Gypsy Kings! Il a été fort remarqué avec un album, « Duos en solitaire » , où il chantait en compagnie de plusieurs stars traditionnelles, comme encore Charles Aznavour, pour ne citer que lui, mais aussi Odelaf et Doc Gynéco! C’est dire la palette de ses goûts…

Tournage ces jours-ci à Deauville du clip  » J’aimerais », réalisé par Patrick Braoudé.

Il vient donc de publier un nouveau disque, « J’aimerais » , qui compte une dizaine de titres sur des musiques aux accents parfois jazz manouche, d’autres fois orientaux, avec des textes personnels qui sont à la fois la peinture du monde actuel, certes pas vraiment positif, mais qu’il transcende dans une bonhomie pleine d’espoir. Son titre « J’aime tout le monde« , souriant, dynamique, est le parfait reflet de ce personnage hors norme. Frédéric Zeitoun respire le bonheur, et c’est en cela que c’est un artiste pas comme les autres! Et il vous le transmet grâce à sa belle voix envoûtante. Il se produit régulièrement sur scène, après avoir fait plusieurs fois l’Olympia et tant d’autres, et se produira au Café de la danse, à Paris, le 19 décembre.

Grégoire Colard

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Nathalie André, ancienne directrice de la Star Academy, qui a aussi merveilleusement oeuvré dans le Show Business pour mettre en valeur et avec succès nombre d’artistes impossibles à citer tous, s’est provisoirement recyclée pendant le confinement en assouvissant sa passion de toujours pour la brocante de luxe et de qualité. Aujourd’hui, elle propose au public, au Bon Marché, à Paris, nombre de ses trouvailles pour enjoliver vos tables. D’après une idée tout à fait originale et irrésistible.

C’est en s’intéressant à « Waww.fr les tables chinées », sur Google, et à WAWWlatable ( sur Instagram), les liens de ses amies Peri Cochin et Arabelle Reille, consacrés à un concours de photos de belles tables parrainé par Stéphane Bern et le chef Thierry Marx et ouvert au public, que l’idée de se rapprocher d’elles est née. Aujourd’hui, le Bon Marché leur a ouvert ses portes, au 2eme niveau, jusqu’au 17 octobre et leur a proposé un espace de 60 M2 pour présenter un projet au public. Nathalie André a ainsi installé et décoré le tout avec des objets vintage et des services complets de table dénichés par elle dans des brocantes et ses marchés préférés, dont des assiettes, des verres, des plats, des couverts, des nappes. Le tout est d’un goût parfait, complété par une idée originale: chaque cliente ( ou client!) peut acheter un ou plusieurs éléments exposés, ou l’ensemble de ce qui est dressé sur l’une ou l’autre d’une des cinq tables, qu’elles soient pour quatre, six ou dix personnes ! L’idée est d’autant plus originale qu’au Bon Marché, l’habitude n’est pas de proposer de la brocante, même en parfait état, à sa clientèle ! Tapage Culture.fr vous propose d’y aller prochainement, au 2eme étage du grand magasin, ne serait-ce que pour la beauté irrésistible de cette installation. Nathalie André a déjà vu une vingtaine de ses décors de tables être totalement acquis. Un vrai succès! Courez-y! Sinon, admirez les sur Waww les tables chinées…

GRÉGOIRE COLARD

Maison vintage/ La table chinée. 2eme étage du Bon Marché, 24 rue de Sèvres, Paris 7eme/ Métro: Sévres-Babylone.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Chaque émission des « 12 coups de midi« , sur TF1, est suivie par plus de 5 millions de téléspectateurs. Un vrai succès qui a atteint son apogée avec la présence pendant plus de 150 jours d’un candidat super champion de 21 ans. Une réussite d’autant plus stupéfiante qu’il est atteint du syndrome d’Asperger, qu’il a su peu à peu dominer au fil du jeu, maîtrisant le mal être qu’il ressentait par rapport aux bruits, aux lumières, aux applaudissements, aux rires, et de devoir affronter le regard des autres. Il raconte cette drôle et improbable cure qui lui permet aujourd’hui d’affronter la vie plus sereinement et de participer à un projet de téléfilm sur son aventure médiatique, donnant ainsi de l’espoir aux patients atteints de ce syndrome et à leurs familles.

Avec Jean-Luc Reichmann

Dans ce livre autobiographique, Paul El Kharrat, se montre aussi humble et sympathique que sur le petit écran, toujours prêt à rire et à partager toutes les petites mésaventures qui ont secoué son caractère hyper réactif sur le plateau de l’émission, déchaînant son incroyable franchise, l’un des symptômes forts de ce syndrome, au risque de choquer les interlocuteurs et le public. Mais c’est justement sa présence à la télévision qui a permis de mieux comprendre cette forme d’autisme, qui peut donc se décliner peu à peu en une meilleure appréhension du monde et des autres, et participer de plus en plus normalement à toute vie sociale. Paul El Kharrat apporte de l’espoir et du bonheur au fil de ces 188 pages.

Grégoire Colard

Paul El Kharrat/ Ma 153 eme victoire/ Harper et Collins /18 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Jean-Pierre Danel

  • Dans Artistes Livres Musique
  • Le 20 Juil 2021
  • permalink

  • Sa guitare préférée ( il en possède toute une collection ) s’appelle Miss Daisy et ce n’est plus une jeune fille, puisqu’elle a été conçue en 1954 aux Etats Unis ! C’est une Stratocaster , c’est à dire issue d’une sorte de noblesse de conception jamais égalée. Comme une bonne fée qui a accompagné Jean-Pierre Danel tout le long de son chemin non seulement de musicien, mais de créateur, de compositeur, de producteur. Dans ce livre, cet artiste non seulement reconnu en France, mais dans le monde entier ( 24 millions de disques vendus, récompensés par plus de 200 Disques d’or, de Platine et de Diamant!) relate sa vie personnelle et professionnelle.

    Ce qui est passionnant dans cet ouvrage, c’est que Jean-Pierre Danel raconte tout, tout, mais vraiment tout de son chemin d’artiste, bien sûr, commencé très tôt, avant même son adolescence, mais aussi son parcours d’homme, jusqu’à aujourd’hui Et on ne s’ennuie pas ! On rit même souvent au détour d’une phrase, d’autant plus qu’il s’adresse au lecteur comme s’il l’avait en face de lui…Et ça, c’est unique! Mais on partage aussi ses colères, quand le métier du Show Business se montre plus souvent qu’à son tour totalement ignorant du talent et du succès des musiciens en France, et ailleurs. Sans oublier les différentes maisons de disques éditrices des productions de Jean-Pierre Danel, suffoquées. « Ah vous avez vendu un millions d’albums chez nous ? Ça alors, on n’aurait jamais cru! Vous êtes sûr ? « . Sympa, non ?

    Au milieu de quelques uns de ses trophées !


    Mais Jean-Pierre Danel est un gentil, vraiment, qui ne passe pas son temps à régler des comptes, même s’il n’oublie rien. Jamais! Et là, justement , il évoque tout ce qui pu traverser sa route, que ce soit les femmes , la naissance de sa fille, les voitures de collection, François et Danielle Mitterrand, mais aussi les plus grands musiciens du monde, avec qui il a fait des duos sur scène et sur disques, sans oublier la volonté incompréhensible d’une certaine commune de France de le mener à la ruine. Il ose aussi consacrer un chapitre à des recettes de cuisine consacrées aux pâtes, sa grande passion! Bref, c’est un livre éclectique, qui , comme un ami, vous confie ses petits secrets, ses réussites mais aussi ses doutes. Et les « Cordes sensibles » sont celles de ses innombrables guitares, bien sûr, mais aussi de son coeur.

    Grégoire Colard

    Cordes sensibles/ Jean-Pierre Danel /AuteursduMonde.750 pages,25,90£

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
    L’affiche de son nouveau spectacle

    Cette femme pioche dans son répertoire de cent stars féminines quand elle est sur scène, que ce soit des vedettes de la chanson ou des têtes d’affiche de l’actualité, et reprend leurs voix de façon confondante dans des sketches courts et décapants qu’elle enchaîne avec une énergie à nous couper le souffle. Mais pas le sien!

    Avec quelques unes des poupées-personnalités incarnées par elle aux Guignols de l’Info

    C’est justement aux Guignols de l’Info où elle a imité pendant 28 ans toutes sortes de femmes connues, comme Marine Le Pen, Carla Bruni , Ségolène Royal, France Gall, pour ne citer qu’elles, que Sandrine Alexi a enchanté le public, aux côtés notamment de Yves Lecoq. Une expérience inoubliable qui lui a permis de se produire en même temps elle-même sur les plus grandes scènes parisiennes et dans toute la France. Aujourd’hui, elle reprend enfin la route avec bonheur, comme tout le monde artistique, et propose un spectacle inédit basé sur des parodies irrésistibles dont les textes font le tour d’horizon de notre actualité et de nos obsessions. Avec aussi une parodie de Piaf, absolument bouleversante, et en terminant par un solo personnel sur le Ave Maria de Gounod, où elle développe sa voix à elle. On découvre alors quelle immense chanteuse se cache derrière tous ces masques.

    Sandrine Alexi est drôle, engagée, insolente, absurde, impertinente , mais jamais vulgaire ! Ne ratez pas ses prochaines scènes, dès la rentrée dans toute la France, et à Paris. Vous passerez un bon moment !

    Grégoire Colard

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

    Frédéric Deban est dans la mémoire populaire. Dans le rôle de Grégory, il a enchanté la mythique série française « Sous le soleil » , diffusée aussi dans 150 pays et participé à de nombreux films, comme « Alger la Blanche » , de Cyril Collard, Parole de Flic, de José Pinheiro, aux côtés d’Alain Delon, pour ce citer que ceux-ci , ainsi que dans une kyrielle de grandes séries de télévision, comme  » Les coeurs brûlés ». Aujourd’hui, il est sur la scène du Théâtre du Gymnase où il se produit dans un seul-en-scène bouleversant où il raconte la traversée du désert sonore qu’il a vécu pendant cinq ans et qui n’a pas réussi à l’abattre. Aujourd’hui, il a percé le mur du son et entend, à nouveau, notamment, les applaudissements du public ému aux larmes.

    Frédéric Deban dans « Sous le soleil »

    S’agit t’il d’un spectacle? Non, plutôt du partage privilégié d’un homme qui a souffert, qui a pensé ne pas survivre à l’invasion soudaine et inattendue d’acouphènes dans son cerveau, d’un coup martyrisé. Aujourd’hui, appareillé, il a retrouvé l’ouïe et est déterminé avec cette pièce co-écrite avec son ami le plus fidèle, Dominic Lozac’h, et mise en scène de façon pudique, sans aucun artifice malsain, du remarquable et très respecté Dominique Coubes, à porter l’espoir de s’en sortir à ceux qui en souffrent, mais aussi à travers aussi un livre « Journal d’une renaissance« , paru en mai dernier aux Editions Trédaniel.

    Grégoire Colard

    Journal d’un malentendant…..de Frédéric Deban et Dominic Lozac’h Théâtre du Gymnase: 01 42 46 79 79

    Journal d’une renaissance: Editions Trédaniel/ 17 euros.

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

    Le mur du son!

  • Dans cinema Livres Théâtre
  • Le 28 Avr 2021
  • permalink
  • Frédéric Deban est un acteur populaire, l’une des figures emblématiques du feuilleton télé français « Sous le soleil », créé en 1995 et diffusé dans plus de 135 pays! Il a aussi joué dans de nombreux films, que ce soit pour le cinéma ou la télévision Le jour de ses 50 ans, il devient brutalement sourd et passe plusieurs années de souffrances dues aux acouphènes, avant de trouver et de suivre le chemin semé d’épines qui le mène à dominer son handicap et à bientôt remonter sur scène. Ce livre émouvant est celui de l’espoir jamais abandonné, et donc du combat d’une vie.

    Frédéric Deban dans « Sous le soleil ».

    Aujourd’hui, Frédéric Deban a une oreille appareillée, tandis que l’autre semble toujours entendre des rugissements de moteurs d’avions supersoniques ! Mais le principal est qu’il perçoive à nouveau le son de sa propre voix. Il est devenu le parrain d’une association , L’oreille blanche, et vient d’écrire aussi une pièce, mise en scène par Dominique Coubes, qu’il va jouer sur scène en septembre à Paris au Théâtre du Gymnase et qui raconte son combat, qui est aussi celui de milliers de personnes en France. En attendant, avec ce livre, il montre un courage inébranlable, celui qu’il faut avoir pour dominer le silence du désespoir, avancer envers et contre tout, ne rien céder et avancer peu à peu vers la lumière du son .

    Frédéric Deban

    Ce livre, une fois que vous l’avez commencé, vous tient au coeur, sans jamais tomber dans le pathos, et vous amène à vous intéresser à cette déficience physique qui n’est pas si rare que cela….

    Grégoire Colard

    Journal d’une renaissance/Frédéric Deban/Guy Trédaniel Editions/17 E

    www.loreilleblanche.fr

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
    LE LIVRE DE CAMILLE SAFÉRIS

    Camille Saféris est à la fois journaliste, auteur, comédien, cinéaste et a beaucoup oeuvré comme animateur sur Canal Plus, qui lui a permis de puiser dans son esprit iconoclaste pour amuser et surprendre le public. C’est aussi et surtout un bon vivant qui aime la bonne chair…., en étant un adepte du Polyamour, dont il conte dans ce livre un chemin parsemé de belles aventures!

    LE DRAPEAU DU POLYAMOUR

    Le polyamour n’est pas une invention de l’auteur, mais une pratique amoureuse plutôt usuelle dans le monde, et notamment aux Etats-Unis et en France. Il s’agit pour un couple d’accepter pour chacun des deux d’avoir d’autres relations amoureuses, vécues comme un enrichissement mutuel. La romancière américaine Virginia Woolf a été une adepte de cette philosophie, comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, ou encore Paul Bocuse, fort satisfait de cette recette du bonheur.

    CAMILLE SAFÉRIS ET SES YEUX MALICIEUX

    Ce livre très divertissant n’est pas du tout une apologie de l’adultère consenti mais une sorte de fantasme éveillé d’un homme amoureux d’une femme dont le compagnon a de multiples relations sexuelles. Faut-il qu’il devienne poly amoureux et entre dans leurs jeux pour la séduire ?

    Grégoire Colard

    L’homme d’une seule femme/ Camille Saféris/ Editions Plume/17 Euros

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

    IL Y A AINSI DES ARTISTES QUE L’ON CONNAÎT ET QUE L’ON AIME DEPUIS TOUJOURS, MAIS DONT ON NE SAIT RIEN, EN FAIT, TANT LEUR DISCRÉTION EST TOTALE SUR EUX-MÊMES. C’EST LE CAS DE WILLIAM SHELLER, AUTEUR COMPOSITEUR INTERPRÈTE, QUI A REMPORTÉ TANT DE PRIX ET DE SUCCÈS. AUJOURD’HUI, AU SOIR DE SA CARRIÈRE , IL NOUS OFFRE DE PARCOURIR LES CHAPITRES DE SA VIE, ECRITS PAR LUI AVEC UNE SINCÉRITÉ CONFONDANTE.

    Victoires de la musique 2016/ « Un homme heureux » Meilleure chanson. Meilleur album.

    A 75 ans bientôt, William Sheller annonce à la fois sa décision de cesser de chanter, mais pas de composer, encore et encore, et publie cette autobiographie où il évoque moins la somme de son oeuvre et de ses succès que le détail de sa vie privée, qu’elle soit familiale ou amoureuse. C’est d’autant plus étonnant qu’il a toujours été le plus secret des hommes, refusant toute photo privée et ne livrant jamais aucune confidence. Là, il évoque ses excès en tous genres, qu’ils aient été en substances diverses ou en amours ambivalentes, et aussi son adoration pour sa famille, ses enfants, ses amis artistes, comme Barbara, Catherine Lara, Véronique Sanson, Charles Aznavour et Vincent Delerm, entre autres. On découvre l’homme au jour le jour, avec ses forces ses doutes, ses faiblesses, et aussi l’artiste, prolifique, jamais en panne d’inspiration.

    Tapageculture.fr recommande fortement la lecture de cette autobiographie, qui témoigne d’une grande lucidité et d’une rare franchise.

    Grégoire Colard

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

    Emmanuel Bonini, biographe, a recueilli les souvenirs de Doudou Morizot, le régisseur historique de l’Olympia, qui, aux côtés de Bruno Coquatrix, a dû faire face aux caprices et aux sautes d’humeur des innombrables stars de la chanson qui s’y sont produites, dans les années 50 à 80. Mais il se souvient aussi de moments des plus agréables!

    Claude François et Doudou Morizot


    Quand des artistes arrivent dans une salle pourtant mythique comme l’était l’Olympia, ils ressentent le plaisir de s’y produire le soi-même, mais aussi le trac, avec l’idée noire que rien ne fonctionne comme prévu. Que le son ne soit pas bon, que les lumières soient mal réglées, que le rideau rouge ne s’ouvre pas. Alors quand ils rencontrent Doudou Morizot, le régisseur de la scène, grand responsable de l’ensemble de toute la technique et de ses nombreux ouvriers, même certains des plus grands noms de la chanson française et internationale n’arrivent pas à afficher un sourire tranquille. Ils ont besoin d’être rassurés! Et c’est ce qu’a fait Doudou Morizot pendant vingt-cinq ans. Avec succès, mais pas toujours!

    Doudou Morizot, Jerry Lewis et Liza Minelli
    On apprend ainsi au fil des pages qu’Annie Cordy était un amour absolu, alors que Claude François, toujours extrêmement en retard, avait des rapports compliqués avec tous ceux qu’il croisait sur scène et en coulisses , alors que Michel Polnareff, lui, se montrait vindicatif. Barbara se rongeait d’angoisse, comme Gilbert Bécaud. Johnny Hallyday se conduisait à chaque fois en vieux pote, et Léo Ferré appelait Doudou « son frère ». Ce livre est un voyage au pays des artistes où certains montraient en coulisses leurs vrais visages, qui n’auraient pas forcément enchanté le public le soir même ! Doudou Morizot est un homme qui a compris qu’une vedette n’est pas une personne comme les autres, qui veut tout dominer sur scène, et qui a besoin d’être parfaitement rassurée au niveau technique. Il avait donc le rôle d’une nounou, avec plein de pensionnaires plus ou moins agités et déraisonnables .

    Charles Aznavour, Doudou Morizot et Bruno Coquatrix.

    Vous l’aurez compris, ce livre, très agréable à lire, foisonne d’anecdotes amusantes, étonnantes, qui, sans méchanceté aucune, donnent une certaine idée du quotidien d’une immense salle de spectacles, avec ses stars à manier….avec précaution !

    Grégoire Colard

    Doudou Morizot/Je les ai tous vus débuter/ Emmanuel Bonini/

    L’Archipel/20 euros

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn