Tapage Culture
Pierre-Jean Chalançon

Très spécial, cet homme là ! Devenu star depuis qu’il est omniprésent dans l’émission « Affaire conclue« , sur France 2, animée par Sophie Davant, il vient de faire paraître son autobiographie qui décrit avec une franchise stupéfiante sa vie, ses goûts, ses fantasmes. S’il aime faire le clown en public, il sait aussi rire de son propre reflet dans un miroir…

Né en 1950 à Rueil-Malmaison, Pierre-Jean Chalençon a découvert à huit ans, en parcourant une bande-dessinée, offerte par son père, ( disparu très récemment), la vie et le parcours de Napoléon, et toute sa vie en a été bouleversée. A dix-sept ans, il a acquis avec ses maigres sous son premier souvenir de l’empereur et il n’a jamais cessé depuis d’acquérir mille et un objets, tableaux, vaisselles, tissus, vêtements, bicornes, épées, bijoux, etc.., et même des meubles ou un lit lui ayant appartenu! Aujourd’hui, il est considéré dans le milieu des commissaires-priseurs, qui le surnomme « L’empereur » comme le plus grand collectionneur au monde de tout ce qui concerne Napoléon, avec plus de 3.000 pièces, plus rares les unes que les autres. Il a organisé de nombreuses expositions, et est même aujourd’hui administrateur du Cercle France Napoléon. C’est dire s’il s’y connaît en expertises et en enchères !

Pierre-Jean Chalençon, chez lui, au Palais Vivienne.

Depuis peu, Pierre-Jean Chalençon a acquis à Paris le Palais Vivienne, où il vit et où il organise des portes ouvertes au public et des soirées privées chics et chocs, le tout au milieu de ses oeuvres rarissimes. Désormais devenu une figure incontournable de la télévision et une star des magazines people, il s’amuse à raconter dans son livre ses amitiés avec Charles Trenet, Michou et Régine, entre autres stars de tous bords, même politiques, sa vie pailletée de bisexualité, et assume pleinement son allure à la Polnareff et ses incartades dans des émissions comme naguère Danse avec les stars ou aujourd’hui Affaire conclue: « Comme j’ai failli mourir il y a quelques années, je n’ai plus peur de rien et je tiens à partager avec tous ma joie de vivre! ». Ce livre en est la parfaite preuve.

Grégoire Colard

Appelez moi l’empereur !/ Editions Harper Collins/ 172 pages/ 19, 90 euros.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Figure emblématique et populaire de la télévision, et voix dynamique des plus grandes radios, Jérôme Anthony sort un album unique, avec des reprises de chansons qui ont marqué sa vie. Un rêve de toujours pour lui, enfin réalisé, parfait pour combler vos jours de confinement.

Dean Martin, Sammy Davis Junior et Frank Sinatra

Né à Nancy en 1968, Jérôme Anthony a très vite été passionné par le monde de la musique. Enchanté par les disques que ses grand parents avaient engrangé chez eux, notamment ceux du fameux Rat Pack d’Hollywood, composé de Frank Sinatra, Sammy Davis Junior, et Dean Martin . » Ils avaient été des chanteurs aux voix certes glamour, mais qui dégageaient surtout un humour entre eux irrésistible. Ils respiraient ensemble un bonheur de vivre évident.  » A la maison, Gigi, sa maman, adore chanter et est d’ailleurs une élève de la mythique Mireille et de son Petit Conservatoire de la chanson. Grâce à Gigi, il découvre en grandissant le monde des yéyés, dominé pour lui par Claude François, dont il connaît les chansons par coeur. C’est décidé. Un jour, il fera chanteur !

Jérome Anthony à 20 ans sur TF1

En attendant , le jeune garçon se lance à la radio en tant qu’animateur, sur Radio Rockin’ Chair , à Nancy, à 14 ans et commence une carrière médiatique qui l’amènera vite à la télévision, lors d’une carrière qui perdure encore aujourd’hui, le rendant extrêmement populaire. Mais son rêve de chanter est toujours là, et justement, aujourd’hui, il délivre un album composé de chansons qu’il a toujours adorées, créées entre autres par Christophe, Mort Shuman, Michel Delpech, Karen Cheryl, Moustaki, et, bien sûr… Claude François! Avec même un titre inédit de Gilbert Bécaud écrit spécialement pour lui, avec ces mots:  » Je serai ainsi ton parrain dans la chanson!« . La grande originalité voulue par Jérôme dans cet opus, ce sont les arrangements musicaux, revisitant ces chansons populaires des années 60 et 70 sous la forme du swing , ce fameux rythme irrésistible du temps du « Rat Pack » ! La boucle est bouclée ! Jérôme Anthony, toujours à la radio et à la télévision, est devenu un chanteur original, qui reprendra ses concerts sur scène, avec des musiciens « swing », évidemment, dès que le confinement sera terminé… »Chanter en public, c’est mon exercice préféré !« . En attendant, pour patienter, procurez vous déjà ce CD ! Régalez vous!

Grégoire Colard

En vente et en streaming sur toutes les plates-formes.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Jean Desplas et Thibault Clément devant leur boutique, »Pot ».

Venus de Nîmes, ces deux meilleurs copains trentenaires ont décidé de s’associer afin de mettre en valeur à Paris l’artisanat fait à la main en Provence .
Thibault Clément

Après avoir étudié dans la communication, Thibault Clément s’est installé à Paris, où sa mère, pour lui faire passer son spleen quant à sa Provence natale, lui apporte un olivier. « Cela m’a fait chaud au coeur, mais il a fallu que je trouve de quoi le planter dans mon appartement. J’ai beaucoup cherché , car je ne trouvais que des pots ou des jarres faits de façon industrielle, sans âme. Cela a été le premier déclic . Je me suis dit: « Mais comment se fait-il qu’on ne trouve rien dans la capitale de ce qui est beau et authentique dans le sud? Quelque temps plus tard, j’ai appris que le créateur lui aussi d’origine provençale, Simon Porte Jacquemus, de renommée mondiale, et installé à Paris, venait d’imaginer son défilé au milieu des champs de lavande . Cela a été un deuxième déclic. Il avait fait venir les mannequins et les médias en Provence, alors moi je devais amener l’artisanat local, et donc des pots, à Paris ! »

Jean Desplas

Il en parle à son meilleur ami, Jean Desplas, qui, lui, après des études de droit, se promène de tee en tee dans un tout autre univers, celui du golf qu’il pratique pour son plaisir dans toutes sortes de pays. Une sorte de globe-trotter, qui, séduit par l’idée, accepte de se fixer à Paris et d’ouvrir avec lui un magasin dans le Marais. Avec pour seule règle pour eux de ne vendre que des pots et des jarres faits à la main en Provence et signés par de véritables artisans céramistes, comme ceux de Anduze, de Osses, et de Charolles. « Nous proposons dans notre magasin, qui vient d’ouvrir, des poteries pour l’intérieur ou l’extérieur, de toutes les tailles, de toutes sortes de formes, à des prix extrêmement abordables. Chaque mois nous réservons une installation pour un créateur d’objets en terre cuite, ou pour des artisans d’autres pays. C’est la Provence ouverte au monde! ».

Grégoire Colard

« Pot« : 32 rue des Blancs Manteaux Paris 4eme. « Pot marais« sur le Net.

Ouvert du lundi au dimanche inclus de 11h à 20h. 06 25 89 87 54

Livraisons possibles .

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Qui est Baptiste Giabiconi ? Un mannequin dont les photos ont fait la une du monde entier. Egérie de la maison Chanel, il a aussi tenté une carrière de chanteur et sort aujourd’hui un livre émouvant sur sa relation ambigüe avec Karl Lagerfeld dont il est l’un des héritiers.

Baptiste Giabiconi et Karl Lagerfeld



Né en 1989 à Marignane, Baptiste Giabiconi est d’origine corse . C’est à 18 ans, conseillé par une amie, qu’il monte à Paris pour tenter sa chance en tant que cover-boy. Sans trop y croire, mais Karl Lagerfeld le remarque et fond sur lui comme un aigle sur sa proie. Pas pour le déchiqueter, mais pour le porter aux nues. Il le mitraille avec son appareil photos, lui apprend à poser et aussi à défiler devant le Tout Mode et le Tout Paris. Le très jeune homme est ébloui d’apparaître en couverture des magazines les plus prestigieux et considère le couturier comme son mentor absolu. Leur relation pourrait devenir plus qu’ambiguë entre eux, mais le garçon ne mange pas de ce pain là, et Lagerfeld le considère peu à peu comme le fils qu’il n’a jamais eu. D’ailleurs, au fil des ans, il tentera tout pour pouvoir officiellement l’adopter. En vain. Alors, il l’éduque, le forme, lui apprend à apprécier le beau, l’art, la littérature, et lui fait découvrir la planète. Mais il ne le met pas en cage. Le garçon a sa propre vie, ses amis, son appartement et entame même une carrière parallèle de chanteur à minettes qui tourne court, même s’il se produit sur scène en première partie de Joe Cocker, et qu’il se fait remarquer dans Danse avec les Stars , en couple avec Fauve Autot.
Baptiste Giabiconi et Fauve Autot.



Pendant douze ans, le kaiser de la mode et le bel éphèbe ont formé une paire qui a fait jaser, mais Baptiste Giabiconi n’en a cure, au point, dans ce livre particulièrement émouvant qu’il a co-écrit avec Jean-François Kervéan, de livrer la pureté de leur attachement mutuel et de porter à jamais la mémoire et l’image de celui qui a finalement été un père pour lui, mais spirituel. A 31 ans, maintenant, il marche seul…

Baptiste Giabiconi.

Grégoire Colard

Karl et moi / Baptiste Giabiconi : Robert Laffont / 20 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Le tout dernier Best Of de ses plus grands succès.


Michou, qui vient de disparaître à 88 ans, laisse la nuit parisienne orpheline de son prince bleu, réputé aux quatre coins du globe, pour son humour iconoclaste et son goût pour le transformisme qu’il a élevé au rang de l’art.

Michou est né Michel Cathy en 1931 à Amiens, et a commencé sa carrière en imitant ici et là des stars féminines des années cinquante avant d’acquérir à Paris, rue des Martyrs, à Montmartre, un établissement de nuit qu’il a appelé de son propre nom de scène, « Michou ». Il en a fait un cabaret- restaurant-spectacle qui n’a jamais désempli pendant plus de cinquante ans, osant afficher sur scène sa passion pour le transformisme et son homosexualité, alors réprimée… Ce haut lieu de « perdition » a vite gagné ses galons de respectabilité, grâce à lui, mais aussi à la troupe de « Michettes  » qu’il a engagée. A tel point que le président Jacques Chirac remettra à Michou une Légion d’Honneur en 2005 !

Imitation de Céline Dion

Le succès de Michou est dû à la perfection des imitations « à s’y tromper » qui sont faites chez lui, de stars françaises et internationales , comme celles de France Gall, Céline Dion, Dalida, Sylvie Vartan, Chantal Goya, Edith Piaf, Brigitte Bardot, Nana Mouskouri, Line Renaud, Chantal Ladesou, Diana Ross, Bette Midler, Marylin Monroe, Joséphine Baker et tant d’autres. Sans oublier, chavirante, celle d’un homme, Stromaé. La salle reçoit nombre de personnalités qui viennent se voir sur scène ou simplement profiter de ce spectacle hallucinant de ressemblance et même d’émotion, présenté par un Michou qui pousse aussi la chansonnette, avec des titres comiques et même provocateurs.

Michou avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo

Michou, devenu au fil des ans l’une des figures les populaires de France, a su attirer des milliers de touristes de province et du monde entier, tout en restant d’une gentillesse extrême, notamment en offrant chaque mois un déjeuner-spectacle à des maisons de retraite de Montmartre, et en aidant secrètement nombre de gens. Un homme bon, généreux, qui, caché derrière ses lunettes bleues et son personnage extraverti, voulait juste embellir la vie et faire oublier le quotidien. Il reste ses chansons, qui sont là pour faire perdurer cette mission qu’il a menée jusqu’au bout. Il paraissait léger? Il ne l’était pas….

Grégoire Colard

Michou, le Best Of (23 titres)/ Marianne Mélodie, Fnac, etc….

Dernière nouvelle: le cabaret Chez Michou restera ouvert. Le choix de ses héritières.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Le chanteur Tim Dup

Encore inconnu ou presque du très grand public, mais déjà adulé par les médias, Tim Dup publie son deuxième album, « Qu’en restera t’il? « , qui devrait consacrer son talent et son originalité.

Nouvel album de Tim Dup

Si ses yeux sont cachés sur sa pochette, c’est sûrement le symbole de ce qu’il ne voudrait pas voir, lui qui a beaucoup voyagé, notamment aux Etats Unis et au Japon, à savoir l’auto-destruction du monde, les migrations dues aux changements des climats, les feux de forêts et la détérioration de la planète. D’où le titre:  » Qu’en restera t’il ? ». Il est de cette génération de jeunes, comme Greta Thunberg ou la chanteuse belge Angèle, avec son « Balance ton quoi? » et ses interviews, qui manifestent leurs inquiétudes et tiennent à alerter la conscience de chacun.

Né à Rambouillet il y a vingt-cinq ans, Tim Dup, de son vrai nom Timothée Duperray a commencé ses gammes au piano à 7 ans et monté un groupe avec des copains de lycée à 13. Se faisant remarquer dès leur tout premier concert, ils ont enchaîné depuis nombre de prestations scéniques, avec des sonorités allant parfois jusqu’à l’électro acoustique et le hip hop, quand Tim délaisse un moment sa solitude au piano. Et quand il chante, sa voix assure une certaine confidentialité avec ses magnifiques accents graves, et une certaine détresse, comme un cri d’alarme, dans les aigus. Impossible d’y être insensible!

En studio, Véronique Sanson et Tim Dup

Ce n’est pas étonnant que Véronique Sanson ait justement craqué pour lui et l’invite à chanter avec elle « Toute une vie sans te voir » dans son album « Duos volatils« , et que Louane insère deux titres étonnants dans son propre répertoire, écrits et composés par lui, « Non sens » et « Blonde » (… Tout au bout du monde, j’entends les bombes…).

Tim Dup et Louane

Il est donc conseillé à tous d’écouter ce nouvel album de Tim Dup, qui est de toute évidence appelé à compter dans cette chanson française de qualité qui revient enfin frapper à nos oreilles et à nos coeurs, tout en se nourrissant de l’évolution du monde, avec l’amour en bandoulière.

Grégoire Colard

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Billie Eilish

A 18 ans, cette artiste américaine, qui vient de remporter 5 Grammy Awards, est encore peu connue en France, mais c’est l’une des chanteuses les plus influentes du monde musical actuel. Spéciale, elle est très spéciale! A découvrir !

Billie Eilish

Son vrai nom est Billie Eilish Pirate Baird O’Connel , et elle est arrivée comme une bombe en 2016, à 15 ans, avec son premier single, Ocean eyes, produit par son frère, Finneas, explosant les oreilles de plus de 87 millions de followers. Et depuis, elle multiplie les ventes, les disques d’or et les récompenses, notamment avec son premier album  » When we all fall asleep, where do we go? ( Quand nous nous endormons, où allons nous « ). Déjà star, aux Etats-Unis, elle a été numéro un au Canada, en Australie et au Royaume Uni où elle fait un malheur. Si son style est très pop et électro pop, donc joyeux, ses textes, eux, évoquent la dépression, la toxicomanie, la santé mentale, l’amour ( forcément compliqué) et le suicide. Elle refuse en interview d’avouer si ces thèmes sont les reflets de ses propres obsessions. Ses influences? Lana Del Rey , Amy Winehouse, Avril Lavigne. Que des caractères ! Et elle en a elle-même, du caractère, n’hésitant pas à s’afficher en photos, dans ses clips et même à la télévision avec sa mygale apprivoisée, qui fait peur à tout le monde.

Justin Bieber et Billie Eilish


Pourquoi cette photo avec Justin Bieber ? Parce qu’il a toujours été son idole et qu’il a craqué pour son talent, au point d’enregistrer un duo avec elle , « Bad Guy » et que d’autres sont en prévision. Il adore son côté iconoclaste et son inspiration déjantée, autant pour la musique que pour les paroles. D’autant plus que Billie est une super musicienne, jouant aussi bien de la guitare que du piano , et même parfaitement du Yukulele ( avec lequel elle interprète notamment « I Will » , des Beatles.  » Enfant, raconte t’elle, je refusais d’aller au lit sans faire de la musique! ».

Et pourquoi cette photo avec Stromae? Parce qu’il a eu envie, en 2018, de co-réaliser avec son frère et Billie son clip « Hostage« . Ce qui est évident, c’est qu’on va entendre parler de cette chanteuse bien entourée et à l’aube d’une gloire mondiale, dont sûrement aussi en France. Ecoutez la, découvrez la, si ce n’est déjà fait ! Vous ne vous ennuierez pas!

Grégoire Colard

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mourad Tsimpou

Quelle belle histoire, celle de ce garçon de 15 ans, issu des mauvais quartiers de Marseille, qui ne sait pas lire la musique, et qui joue spontanément Chopin, Debussy , Bach et même Van Halen comme s’il les avait connus…

Mourad Tsimpou

Mourad, qui jouait spontanément du Chopin sur le piano libre installé dans le hall de la gare de Marseille a été repéré par un ado qui, épaté, l’a filmé avec son portable et posté sur les réseaux sociaux. Cela a fait un buzz inouï, jusqu’à atteindre André Manoukian, qui a twitté »: « Je veux le téléphone de ce garçon! Bordel ! « . Aujourd’hui, un CD enregistré par l’artiste en herbe est édité par Universal, avec du Chopin, du Bach, du Debussy, et deux morceaux signés Manoukian. Mais d’où vient ce nouveau prodige?

Mourad sur un plateau de télévision

Né dans le quartier chaud de Castellane, il découvre le piano à 4 ans dans les couloirs de l’Hôpital voisin de la Timonne où il se rend pour son plaisir plusieurs fois par semaine. A dix ans, il fréquente une association musicale animée par Marianne Sunner, qui le repère, et où le rap aurait dû une évidence pour lui, alors qu’il s’intéresse à la musique classique qu’il reproduit à l’oreille sans savoir lire une partition, et à l’opéra, qu’il chante remarquablement et sans effort jusqu’au jour où sa voix mue. Alors, même si ses goûts musicaux lui suscitent des quolibets dans sa cité, il assume sa passion personnelle et joue là où il peut, dans les lieux publics. Aujourd’hui, la sénatrice marseillaise Sami Ghali lui a fait offrir un vrai beau piano de concert et le garçon vient de jouer du rock, pour une fois, soit « Jump », de Van Halen, au Vélodrome de Marseille, pour l’ouverture du match flamboyant OM /Brest devant une foule gigantesque. Radios, télévisions, presse, concerts, tout est dorénavant à sa portée musicale. Ecoutez le ….

Mourad au vélodrome de Marseille.

Grégoire Colard

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Son autobiographie

Après le film biopic Rocket Man, qui connaît un succès planétaire, voici l’autobiographie qui prouve la sincérité du regard d’Elton John sur lui-même, sans filtre! Un livre qui émeut et fait rire !

En 1972

Peu importe les légendes qui circulent sur lui. Elton John balaie tout de sa plume d’auteur pour se raconter comme il ne l’a jamais fait, avec une sincérité époustouflante. De fait, on découvre l’homme qui se cache derrière le guignol, avec ses complexes sur son physique, ses doutes sur sa sexualité, ses addictions diverses, ses rapports passionnels avec sa mère au caractère incandescent, ses problèmes de santé, son bonheur d’être marié et père et la raison récente de faire actuellement une longue tournée mondiale d’adieux à la scène.

Avec la Reine Elisabeth

Né en 1947 dans une famille prolétaire, Reginald Dwight, est certes devenu aujourd’hui Sir Elton Hercules John, ayant été anobli par la Reine d’Angleterre, mais à 72 ans, ce désormais Chevalier de l’Empire Britannique n’a rien oublié de toutes les étapes de sa vie, qu’il décrit avec un humour ravageur, irrésistible même, avec les échecs, les doutes, les rencontres essentielles, les ravages et les bonheurs de la célébrité, et même l’étonnement permanent de se demander ce qui est arrivé encore et encore au petit garçon qui ne s’aimait pas ! Il dépeint aussi parfaitement bien son lien d’amitié platonique avec celui qui a toujours été le complice d’écriture de tous ses succès, à savoir Bernie Taupin.

Elton John et Bernie Taupin

Aujourd’hui, Elton John, s’il a décidé de quitter la scène, a toutefois le dessein d’écrire des comédies musicales, des musiques de films, d’ enregistrer de nouveaux albums, peut-être avec d’autres artistes. Ce livre de toute une vie n’est pas une fin, mais un coup d’oeil en arrière avant de regarder vers d’autres horizons… A bientôt, Sir !

Grégoire Colard

Moi, Elton John/ Albin Michel/ 425 pages/ 22,90 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Objectif: caméra!

  • Dans cinema Livres
  • Le 16 Oct 2019
  • permalink
  • Luc Besson, le producteur-réalisateur des plus célèbres du cinéma français, est aujourd’hui rattrapé par différentes affaires, mais son autobiographie qui s’arrête en 1988 révèle un homme dont le seul rêve était de faire du cinéma et qui est arrivé à la force de son non-conformisme.

    Quelle carrière couronnée de succès! Le combat dans l’Ile, Subway, Le Grand Bleu, Nikita, Léon, Le Cinquième élément, Arthur et les Minimoys, pour ne citer qu’eux, tous signés Luc Besson, sont d’immenses films couronnés de triomphes en France et dans le monde. Pour en arriver là, ce qu’il raconte avec talent et émotion dans ce livre, c’est qu’adolescent, même s’il n’y connaissait rien au départ, qu’il n’avait aucune culture, il découvre le cinéma, et sent une force en lui, celle d’écrire des scénarii, encore et encore, et de vouloir les mettre en images. Il n’a pas d’argent, de matériel, rien, mais il a des idées, de l’énergie. Il ne connaît pas les codes du cinéma ? Peu importe ! Il fonce, les apprend sur le terrain et arrive à convaincre d’abord des copains, puis, à force d’acharnement et de tâtonnements des artisans du métier, des comédiens, des stars, puis des maisons de production et des banquiers. Rien ne l’arrête et sa force de conviction finit par l’emporter, avec la fantastique adhésion du public.

    Luc Besson

    C’est qui est frappant dans ce livre, c’est que cet homme, qui dirige tout sur un plateau, qui a tout imaginé, tout pensé, tout écrit, dominé même les éléments ( « Le Grand Bleu « ), a su séduire et engager les plus grandes stars, comme Jean Reno, Isabelle Adjani, Bruce Willis, Jamel Debbouze, Robert de Niro, Scarlett Johansson, Gary Oldman, Anne Parillaud, etc… Même Sting avait accepté de tourner pour lui, mais son planning de star mondiale l’en avait empêché. Par contre, le sensible compositeur Eric Serra s’est laissé séduire pour développer sa propre et inoubliable inspiration, notamment dans « Le Grand Bleu« . Bien sûr, l’homme, mais aussi le professionnel, qu’est Luc Besson, a des défauts, un sacré caractère, déteste les limites. Il ne se ménage pas dans ce livre qui est un auto-portrait sans complaisance. Au lecteur de se faire une idée….

    Grégoire Colard

    Enfant Terrible/ Luc Besson: XO Editions/ 19,90 Euros

    Partager
    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn