Tapage Culture

Un livre de plus sur Johnny ? Oui, mais celui-ci, très digne, s’intéresse au pourquoi et au comment de l’éternelle soif d’amour ressentie par l’idole des foules dans sa vie privée, jour après jour, avec un coeur gros comme ça, jamais assez rassasié. Tapageculture.fr vous en recommande la lecture…

JOHNNY DANS LES BRAS DE SA MAMAN , HUGUETTE CLERC

Comme Johnny n’a pas pu être élevé par sa maman, cela explique peut-être cette recherche de tendresse qui l’a poussé à s’entourer de tant de femmes, toutes plus belles les unes que les autres, et s’est même marié plusieurs fois. La liste dans cet ouvrage n’est pas exhaustive, mais fait rêver quand l’auteur cite non sans pudeur les noms de Catherine Deneuve, de Natalie Wood, de Raquel Welch, d’Anita Pallenberg, de Barbara Bach, ou encore de Nanette Workman. Vraies ou fausses, ces liaisons alimentaient alors les magazines à scandale, ce qui amusait le chanteur, qui ne laissait pas trop ces dames prendre le pouvoir sur lui. Ou pas longtemps.

JOHNNY ET CATHERINE DENEUVE

Il a épousé Sylvie Vartan, à qui il a donné un fils, David, « L’enfant roi », s’est marié brièvement avec Babette Etienne, a vécu avec Nathalie Baye, qui non seulement a donné naissance à Laura, mais a aussi eu beaucoup d’impact sur sa carrière de chanteur et d’acteur, jusqu’au jour il n’a plus supporté son influence… Il a ensuite épousé deux fois Adeline Blondiau, avant de rencontrer et de convoler avec Laeticia, la première à qui il a vraiment donné les clefs de sa vie, devant Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly, qui conseilla non sans humour à la jeune femme, devant toute l’assemblée, d’apporter beaucoup de douceur à son mari, mais aussi…un brin de fermeté!

SYLVIE VARTAN ET JOHNNY

Ce livre est d’autant moins racoleur que Frédéric Quinonero, l’auteur, y insère avec talent des interviews qu’il a obtenues de Line Renaud, Pierre Billon, Michel Mallory, Jean-Marie Périer, Jean Renard, Sacha Reins, Hadi Kalafate, Philippe Labro, tous grands témoins de la vie sentimentale de leur ami, Johnny.

GREGOIRE COLARD

JOHNNY HALLYDAY/ FEMMES ET INFLUENCE

Frédéric Quinonéro/ Mareuil Editions / 205 pages/ 19 EUROS

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Jean-Pierre Danel et une partie de sa collection de guitares.

Quand Jean-Pierre Danel sort un nouvel album, c’est un évènement non seulement national, mais aussi mondial pour tous les aficionados de la guitare qui le vénèrent comme un roi. Si les médias célèbrent plus les chanteurs que les musiciens, le public averti ne s’y trompe pas, lui, qui se rue sur l’ensemble des réalisations musicales de Danel, en incluant son activité de producteur, qui se sont écoulées en trente ans à plus de 23 millions d’exemplaires !

Le tout nouvel album

T. P. C: Pourquoi, alors que vous êtes surtout prolixe habituellement dans des morceaux rock, seul ou avec des stars de la guitare comme Brian May, des Queen et de Hank Marvin, des Shadows, ou encore Jean-Félix Lalanne et Laurent Voulzy, et tant d’autres, avez-vous choisi de vous produire dans du jazz?

Jean-Pierre Danel: « Pendant le confinement, j’ai eu l’idée d’enregistrer un single au profit de la Fondation pour les Hôpitaux de France /Hôpitaux de Paris , et j’ai choisi un titre de la merveilleuse Mireille, « Ce petit chemin « , comme symbole de celui que vous avons tous à faire pour nous sortir de ce drame sanitaire. Cette chanson, qu’elle avait composée et interprétée, fait partie du patrimoine de la chanson française, avec des inflexions très jazzy, ce qui était fou pour l’époque. Ce titre sur lequel j’ai joué et chanté, est entré directement dans les Charts, et cela m’a poussé à réunir des titres jazz que j’ai composés. Je suis extrêmement flatté que « CÔTÉ JAZZ » soit au top du classement « jazz », devant Nina Simone et Ibrahim Maalouf…De toutes façons, je suis un artiste protéiforme, autant à l’écoute de Django Reinhardt, que de Frank Sinatra, Jimi Hendrix , les Rolling Stones, ou encore Paul Mc Cartney, qui a écrit d’ailleurs des chansons très jazzy, comme « Honey Pie« et « When I’m sixty four » ! « 

Hank Marvin et Jean-Pierre danel

« J’ai enregistré tous les titres, dont deux avec Hank Marvin, avec ma guitare préférée parmi toutes celles de ma collection, la « Miss Daisy« , une Stratocaster de 1954. Je vais même sortir en octobre un livre-album qui lui est consacré, chez Auteurs du Monde. C’est vous dire si nous faisons corps et si j’ai beaucoup à dire sur elle!  »

Grégoire Colard

CÔTÉ JAZZ : DISPONIBLE SUR TOUTES LES PLATEFORMES.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Très important ! Les intermittents et indépendants du tourisme et de la culture, absolument pas protégés socialement face au marasme absolu dû à la crise sanitaire actuelle ont désormais à leur disposition un syndicat-fédération, la FMITEC, déjà en rapport avec les plus hautes autorités gouvernementales et sociales. Il y avait urgence !

Qui aurait pu imaginer que le tourisme français et mondial serait un jour totalement à l’arrêt ? Pas tous ces travailleurs indépendants, qui en vivaient sans inquiétude, travaillant au coup par coup, comme les guides, les interprètes, les hôtesses, les accompagnateurs, les animateurs, les chefs de projet, les organisateurs, les coordinateurs, les régisseurs, les conférenciers, les agents de sécurité, se trouvant tout à coup dans une voie sans issue et sans défense. La FMITEC, tout juste créée, légalement, par Patrick Pavesi, qui en est le président, est désormais à leur disposition, avec pour ligne directrice de leur apporter protection, conseil et communication.  » Nous sommes comme tous les syndicats , affirme t’il, disponibles par mail dans un premier temps, avec rappel de notre part pratiquement immédiatement, pour aider, inciter chacun à faire telle ou telle démarche auprès des autorités compétentes, de le soutenir dans son dialogue avec elles et de l’accompagner sur ces chemins tortueux de la reconnaissance sociale. Nous sommes déjà en lien avec plusieurs ministères comme ceux du Travail, du Tourisme et de la Culture. Monsieur Macron se montre actuellement parfaitement alerté, et soucieux de maintenir le rayonnement de la France grâce à ces emplois précaires ».

De la même façon, le monde artistique emploie des centaines de milliers de travailleurs, pour le son, les lumières, l’installation, les décors, les costumes, les transports, sans oublier les musiciens, les figurants, les attachés de presse, les ouvreuses, etc…, dont beaucoup sont très souvent au cachet, sans contrats à durée déterminée ou non. Comme tous les festivals sont annulés, les théâtres fermés, les concerts rayés de l’actualité, les tournages de cinéma ou de télévision reportés, les musées et les galeries d’art rideaux baissés, pour ne citer qu’eux, c’est la culture qui est figée, sans aucun moyen. Encore une fois, la FMITEC se pose en conseillère et en médiatrice. Inutile d’ajouter que Tapage Culture est heureuse d’annoncer sa création à tous les acteurs du tourisme, de la culture et de l’événementiel !

Grégoire Colard

FMITEC: info@fmitec.fr

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
JEAN-PIERRE DANEL ET SA COLLECTION DE GUITARES FENDER STRATOCASTER, DONT LA MYTHIQUE « MISS DAISY ».

En France, on met rarement les musiciens et producteurs en valeur, alors même qu’ils ont une dimension internationale, comme c’est le cas de Jean-Pierre Danel, qui a remporté en 25 ans de carrière 201 disques certifiés, d’or, de diamant et de platine et vendu 23 millions de CDs ! Aujourd’hui il sort un single, et un clip vidéo, où il joue et chante, aussi, le tout afin de reverser intégralement les bénéfices au profit de ceux et celles qui donnent toutes leurs forces et leur temps pour nous soigner. Tapage Culture tient à vous inciter à regarder, écouter et télécharger…

« Ma femme est chirurgienne et a décidé depuis des semaines de consacrer tout son temps aux malades atteints du Coronavirus. De mon côté, je me suis demandé comment je pouvais aider, et l’idée m’est venue de reprendre un titre très ancien de l’admirable Mireille, chanteuse et compositrice. Il s’agit de « Ce petit chemin », qui m’a paru symbolique de celui qu’on doit suivre pour atteindre la guérison et le déconfinement. Avec ce rêve de retrouver la nature, les arbres, les paysages enchanteurs, tout en tenant la main de son enfant ». Il prend l’une de ses guitares, se met à la batterie, écrit tous les arrangements et s’enregistre à la maison, bien entendu, avec des images prises avec un smartphone, où il apparaît avec sa petite fille de 7 ans. « Elle est le symbole de notre avenir qu’il faut protéger à chaque instant, quoiqu’il en coûte au quotidien. Ne pas lâcher prise, tout le long du chemin ». Le résultat est particulièrement émouvant .

Grégoire Colard

Ce Petit chemin/ Jean-Pierre Danel . Cd et Clip sur tous les sites et les réseaux sociaux./ Amazon, You tube , etc….

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
LAURENT ARTUFEL, AVEC LE MAQUILLEUR FÉLIX SUROWY

Petit prince de la télévision, de la radio et du théâtre, Laurent Artufel n’est pas encore une star, mais déjà un personnage extrêmement populaire, dont la gentillesse et la sincérité déroutent dans ce milieu du Show-Business qui ne professe pas toujours ces qualités…et même très rarement ! Après vingt ans d’un parcours artistique étonnant, où se mêlent succès et drames, il se. dévoile en toute sincérité.

Laurent Artufel , né sous le soleil de Marseille en 1977, a suivi dès ses vingt ans, une seule ligne directrice, celle d’aller vers la lumière des projecteurs, débutant cette année-là en tant qu’animateur et magicien aux côtés de Jacques Martin dans ses fameux dimanches après- midis télévisés sur la scène de l’Empire ! Sa carrière est immédiatement lancée, qui l’amène ensuite à être sur Pink TV, pendant deux ans dans les « Morning Live » de Michaël Youn, mais aussi sur Canal +, Direct 8 et France 2, etc…, de participer en tant qu’animateur à différentes grandes radios, d’écrire des scènarii, et même d’écrire pour le théâtre et de jouer dans 13 pièces différentes, dont l’une écrite par Patrick Hernandez. Sans oublier de présenter à travers la France ces fameuses tournées de chanteurs de toujours, telles Stars 80, devant des milliers de personnes. Autant dire que son énergie et sa réactivité sont toujours en ébullition !

Le côté masqué de Laurent Artufel, qui n’hésite pas à le dévoiler dans ce livre qui peut-être poignant, est celui de son coeur, qu’il est prêt à offrir, à partager, mais que ses partenaires finissent par briser, même une certaine fois quelques jours avant le mariage, après des années de vie commune. Alors, comme James Dean, il plonge alors dans des déprimes et invite son mal être dans des bolides qui se fracassent dramatiquement. Aujourd’hui, il fait le point, et est prêt pour de nouvelles aventures médiatiques et…amoureuses : « Je reste un éternel enfant! ».

Les plus gentils ne sont pas…./ Editions Jets d’encre/ 21, 50 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pierre-Jean Chalançon

Très spécial, cet homme là ! Devenu star depuis qu’il est omniprésent dans l’émission « Affaire conclue« , sur France 2, animée par Sophie Davant, il vient de faire paraître son autobiographie qui décrit avec une franchise stupéfiante sa vie, ses goûts, ses fantasmes. S’il aime faire le clown en public, il sait aussi rire de son propre reflet dans un miroir…

Né en 1950 à Rueil-Malmaison, Pierre-Jean Chalençon a découvert à huit ans, en parcourant une bande-dessinée, offerte par son père, ( disparu très récemment), la vie et le parcours de Napoléon, et toute sa vie en a été bouleversée. A dix-sept ans, il a acquis avec ses maigres sous son premier souvenir de l’empereur et il n’a jamais cessé depuis d’acquérir mille et un objets, tableaux, vaisselles, tissus, vêtements, bicornes, épées, bijoux, etc.., et même des meubles ou un lit lui ayant appartenu! Aujourd’hui, il est considéré dans le milieu des commissaires-priseurs, qui le surnomme « L’empereur » comme le plus grand collectionneur au monde de tout ce qui concerne Napoléon, avec plus de 3.000 pièces, plus rares les unes que les autres. Il a organisé de nombreuses expositions, et est même aujourd’hui administrateur du Cercle France Napoléon. C’est dire s’il s’y connaît en expertises et en enchères !

Pierre-Jean Chalençon, chez lui, au Palais Vivienne.

Depuis peu, Pierre-Jean Chalençon a acquis à Paris le Palais Vivienne, où il vit et où il organise des portes ouvertes au public et des soirées privées chics et chocs, le tout au milieu de ses oeuvres rarissimes. Désormais devenu une figure incontournable de la télévision et une star des magazines people, il s’amuse à raconter dans son livre ses amitiés avec Charles Trenet, Michou et Régine, entre autres stars de tous bords, même politiques, sa vie pailletée de bisexualité, et assume pleinement son allure à la Polnareff et ses incartades dans des émissions comme naguère Danse avec les stars ou aujourd’hui Affaire conclue: « Comme j’ai failli mourir il y a quelques années, je n’ai plus peur de rien et je tiens à partager avec tous ma joie de vivre! ». Ce livre en est la parfaite preuve.

Grégoire Colard

Appelez moi l’empereur !/ Editions Harper Collins/ 172 pages/ 19, 90 euros.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Figure emblématique et populaire de la télévision, et voix dynamique des plus grandes radios, Jérôme Anthony sort un album unique, avec des reprises de chansons qui ont marqué sa vie. Un rêve de toujours pour lui, enfin réalisé, parfait pour combler vos jours de confinement.

Dean Martin, Sammy Davis Junior et Frank Sinatra

Né à Nancy en 1968, Jérôme Anthony a très vite été passionné par le monde de la musique. Enchanté par les disques que ses grand parents avaient engrangé chez eux, notamment ceux du fameux Rat Pack d’Hollywood, composé de Frank Sinatra, Sammy Davis Junior, et Dean Martin . » Ils avaient été des chanteurs aux voix certes glamour, mais qui dégageaient surtout un humour entre eux irrésistible. Ils respiraient ensemble un bonheur de vivre évident.  » A la maison, Gigi, sa maman, adore chanter et est d’ailleurs une élève de la mythique Mireille et de son Petit Conservatoire de la chanson. Grâce à Gigi, il découvre en grandissant le monde des yéyés, dominé pour lui par Claude François, dont il connaît les chansons par coeur. C’est décidé. Un jour, il fera chanteur !

Jérome Anthony à 20 ans sur TF1

En attendant , le jeune garçon se lance à la radio en tant qu’animateur, sur Radio Rockin’ Chair , à Nancy, à 14 ans et commence une carrière médiatique qui l’amènera vite à la télévision, lors d’une carrière qui perdure encore aujourd’hui, le rendant extrêmement populaire. Mais son rêve de chanter est toujours là, et justement, aujourd’hui, il délivre un album composé de chansons qu’il a toujours adorées, créées entre autres par Christophe, Mort Shuman, Michel Delpech, Karen Cheryl, Moustaki, et, bien sûr… Claude François! Avec même un titre inédit de Gilbert Bécaud écrit spécialement pour lui, avec ces mots:  » Je serai ainsi ton parrain dans la chanson!« . La grande originalité voulue par Jérôme dans cet opus, ce sont les arrangements musicaux, revisitant ces chansons populaires des années 60 et 70 sous la forme du swing , ce fameux rythme irrésistible du temps du « Rat Pack » ! La boucle est bouclée ! Jérôme Anthony, toujours à la radio et à la télévision, est devenu un chanteur original, qui reprendra ses concerts sur scène, avec des musiciens « swing », évidemment, dès que le confinement sera terminé… »Chanter en public, c’est mon exercice préféré !« . En attendant, pour patienter, procurez vous déjà ce CD ! Régalez vous!

Grégoire Colard

En vente et en streaming sur toutes les plates-formes.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Jean Desplas et Thibault Clément devant leur boutique, »Pot ».

Venus de Nîmes, ces deux meilleurs copains trentenaires ont décidé de s’associer afin de mettre en valeur à Paris l’artisanat fait à la main en Provence .
Thibault Clément

Après avoir étudié dans la communication, Thibault Clément s’est installé à Paris, où sa mère, pour lui faire passer son spleen quant à sa Provence natale, lui apporte un olivier. « Cela m’a fait chaud au coeur, mais il a fallu que je trouve de quoi le planter dans mon appartement. J’ai beaucoup cherché , car je ne trouvais que des pots ou des jarres faits de façon industrielle, sans âme. Cela a été le premier déclic . Je me suis dit: « Mais comment se fait-il qu’on ne trouve rien dans la capitale de ce qui est beau et authentique dans le sud? Quelque temps plus tard, j’ai appris que le créateur lui aussi d’origine provençale, Simon Porte Jacquemus, de renommée mondiale, et installé à Paris, venait d’imaginer son défilé au milieu des champs de lavande . Cela a été un deuxième déclic. Il avait fait venir les mannequins et les médias en Provence, alors moi je devais amener l’artisanat local, et donc des pots, à Paris ! »

Jean Desplas

Il en parle à son meilleur ami, Jean Desplas, qui, lui, après des études de droit, se promène de tee en tee dans un tout autre univers, celui du golf qu’il pratique pour son plaisir dans toutes sortes de pays. Une sorte de globe-trotter, qui, séduit par l’idée, accepte de se fixer à Paris et d’ouvrir avec lui un magasin dans le Marais. Avec pour seule règle pour eux de ne vendre que des pots et des jarres faits à la main en Provence et signés par de véritables artisans céramistes, comme ceux de Anduze, de Osses, et de Charolles. « Nous proposons dans notre magasin, qui vient d’ouvrir, des poteries pour l’intérieur ou l’extérieur, de toutes les tailles, de toutes sortes de formes, à des prix extrêmement abordables. Chaque mois nous réservons une installation pour un créateur d’objets en terre cuite, ou pour des artisans d’autres pays. C’est la Provence ouverte au monde! ».

Grégoire Colard

« Pot« : 32 rue des Blancs Manteaux Paris 4eme. « Pot marais« sur le Net.

Ouvert du lundi au dimanche inclus de 11h à 20h. 06 25 89 87 54

Livraisons possibles .

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Qui est Baptiste Giabiconi ? Un mannequin dont les photos ont fait la une du monde entier. Egérie de la maison Chanel, il a aussi tenté une carrière de chanteur et sort aujourd’hui un livre émouvant sur sa relation ambigüe avec Karl Lagerfeld dont il est l’un des héritiers.

Baptiste Giabiconi et Karl Lagerfeld



Né en 1989 à Marignane, Baptiste Giabiconi est d’origine corse . C’est à 18 ans, conseillé par une amie, qu’il monte à Paris pour tenter sa chance en tant que cover-boy. Sans trop y croire, mais Karl Lagerfeld le remarque et fond sur lui comme un aigle sur sa proie. Pas pour le déchiqueter, mais pour le porter aux nues. Il le mitraille avec son appareil photos, lui apprend à poser et aussi à défiler devant le Tout Mode et le Tout Paris. Le très jeune homme est ébloui d’apparaître en couverture des magazines les plus prestigieux et considère le couturier comme son mentor absolu. Leur relation pourrait devenir plus qu’ambiguë entre eux, mais le garçon ne mange pas de ce pain là, et Lagerfeld le considère peu à peu comme le fils qu’il n’a jamais eu. D’ailleurs, au fil des ans, il tentera tout pour pouvoir officiellement l’adopter. En vain. Alors, il l’éduque, le forme, lui apprend à apprécier le beau, l’art, la littérature, et lui fait découvrir la planète. Mais il ne le met pas en cage. Le garçon a sa propre vie, ses amis, son appartement et entame même une carrière parallèle de chanteur à minettes qui tourne court, même s’il se produit sur scène en première partie de Joe Cocker, et qu’il se fait remarquer dans Danse avec les Stars , en couple avec Fauve Autot.
Baptiste Giabiconi et Fauve Autot.



Pendant douze ans, le kaiser de la mode et le bel éphèbe ont formé une paire qui a fait jaser, mais Baptiste Giabiconi n’en a cure, au point, dans ce livre particulièrement émouvant qu’il a co-écrit avec Jean-François Kervéan, de livrer la pureté de leur attachement mutuel et de porter à jamais la mémoire et l’image de celui qui a finalement été un père pour lui, mais spirituel. A 31 ans, maintenant, il marche seul…

Baptiste Giabiconi.

Grégoire Colard

Karl et moi / Baptiste Giabiconi : Robert Laffont / 20 euros

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Le tout dernier Best Of de ses plus grands succès.


Michou, qui vient de disparaître à 88 ans, laisse la nuit parisienne orpheline de son prince bleu, réputé aux quatre coins du globe, pour son humour iconoclaste et son goût pour le transformisme qu’il a élevé au rang de l’art.

Michou est né Michel Cathy en 1931 à Amiens, et a commencé sa carrière en imitant ici et là des stars féminines des années cinquante avant d’acquérir à Paris, rue des Martyrs, à Montmartre, un établissement de nuit qu’il a appelé de son propre nom de scène, « Michou ». Il en a fait un cabaret- restaurant-spectacle qui n’a jamais désempli pendant plus de cinquante ans, osant afficher sur scène sa passion pour le transformisme et son homosexualité, alors réprimée… Ce haut lieu de « perdition » a vite gagné ses galons de respectabilité, grâce à lui, mais aussi à la troupe de « Michettes  » qu’il a engagée. A tel point que le président Jacques Chirac remettra à Michou une Légion d’Honneur en 2005 !

Imitation de Céline Dion

Le succès de Michou est dû à la perfection des imitations « à s’y tromper » qui sont faites chez lui, de stars françaises et internationales , comme celles de France Gall, Céline Dion, Dalida, Sylvie Vartan, Chantal Goya, Edith Piaf, Brigitte Bardot, Nana Mouskouri, Line Renaud, Chantal Ladesou, Diana Ross, Bette Midler, Marylin Monroe, Joséphine Baker et tant d’autres. Sans oublier, chavirante, celle d’un homme, Stromaé. La salle reçoit nombre de personnalités qui viennent se voir sur scène ou simplement profiter de ce spectacle hallucinant de ressemblance et même d’émotion, présenté par un Michou qui pousse aussi la chansonnette, avec des titres comiques et même provocateurs.

Michou avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo

Michou, devenu au fil des ans l’une des figures les populaires de France, a su attirer des milliers de touristes de province et du monde entier, tout en restant d’une gentillesse extrême, notamment en offrant chaque mois un déjeuner-spectacle à des maisons de retraite de Montmartre, et en aidant secrètement nombre de gens. Un homme bon, généreux, qui, caché derrière ses lunettes bleues et son personnage extraverti, voulait juste embellir la vie et faire oublier le quotidien. Il reste ses chansons, qui sont là pour faire perdurer cette mission qu’il a menée jusqu’au bout. Il paraissait léger? Il ne l’était pas….

Grégoire Colard

Michou, le Best Of (23 titres)/ Marianne Mélodie, Fnac, etc….

Dernière nouvelle: le cabaret Chez Michou restera ouvert. Le choix de ses héritières.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn